Select Page

Tristesse Club

Article écrit par

Réalisateur de courts remarqués, Vincent Mariette passe au long en empruntant sans le savoir le titre d´une chanson de Michel Houellebecq. Ambiance.

Vincent Mariette fut un étudiant de la Fémis, section scénario. C’est clairement impossible à ignorer, dès l’affiche du film : un trio de personnages, deux hommes et une femme (Ludivine Sagnier), un bord de lac devant une maison d’archi un peu étrange. Ca sent l’étude de caractères bien trempée, avec intrigue aussi faussement banale qu’elle soulève en fait de grandes questions sur le sens de la vie (des hommes, particulièrement). A priori c’est "au secours", tant les balises sont énormes ; la peur d’avoir entendu les meilleures vannes depuis qu’on a vu la bande-annonce, et surtout l’impression que Vincent Macaigne ne sera jamais plus filmé autrement qu’en grand dadais mal dans sa peau incapable d’approcher une fille.

Passés ces préjugés, les premières minutes du film, en même temps qu’elles confirment les craintes, démontrent que Tristesse Club, s’il tient bien de la comédie de saynètes classique jusqu’au bout de son générique, habite le haut du panier, avec panache, comme le remarque le personnage de Macaigne après un sauvetage héroïque de son frère.

L’histoire se construit autour de la disparition d’un père indigne que deux fils et une inconnue tentent de trouver. La mise en scène s’appuie pas mal sur cet aspect Cluedo du scénario, avec notamment un gimmick musical marrant, des rencontres sous formes d’indices ainsi qu’un jeu burlesque des deux acteurs principaux assez graphique.
 

Dans ce jeu où l’identité (famille ou pas famille ?) est aussi mouvante qu’un nom dans un répertoire de portable, les trois personnages trainent leur back-story chargée avec une indifférence amusée. Il fallait bien être Laurent Lafitte pour jouer un ex-pro de tennis aigri devenu loser professionnel avec cheveu gominé et beauferie travaillée. Indifférence aussi à cet arc scénaristique évident dont la résolution schématique viendra, aussi attendue que finalement satisfaisante. Le déroulé est familier mais il est confortable, chaleureux. Les trois acteurs s’y ébrouent, prennent leurs aises. Dominique Reymond, Noémie Lvovsky et Philippe Rebbot (Donde esta Kim Basinger ?, Mariage à Mendoza) viennent faire coucou.

Une scène très réussie condense un peu de l’inquiétude généralisée et des traces dépressives qui habitent le film ça et là : proche de l’esclandre hystérique, la rencontre avec un groupe d’ados tourne à la bataille de virilité, provoquée par l’étrange confession d’une jeune fille en fleur. Ca parait peu dit comme ça, mais comparé au niveau général de la comédie populaire française, c’est déjà héroïque.
 

Titre original : Tristesse Club

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Mais vous êtes fous

Mais vous êtes fous

Inspiré d’un fait divers, le film reste sobre dans sa description du propos et évite ainsi de tomber dans les clichés en tout genre concernant la drogue. Cependant, à trop vouloir être descriptif, les intentions de la réalisatrice se perdent et l’on reste sur notre faim.

Le testament du Docteur Mabuse

Le testament du Docteur Mabuse

En 1922, Fritz Lang a laissé son génie du mal incurablement fou. Sous la pression du succès populaire, il le ressuscite à l’écran, plus mort que vif, en 1933 dans « Le testament du docteur Mabuse » où les virtualités du parlant prolongent son pouvoir tentaculaire par l’emprise de la machinerie moderne. Hypnotique. En version restaurée.