Select Page

Trance

Article écrit par

Le problème majeur des films de Danny Boyle, c´est Danny Boyle.

Par-delà la blague facile en guise de mise en bouche, cette phrase a malheureusement quelque chose de bien réel avec un réalisateur non dénué de talent mais qui limite de lui-même la qualité, et même l’intérêt, de bon nombre de ses films. Sa mise en scène de la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques en 2012 à Londres, Isles of Wonder, en était l’illustration parfaite : scindée en deux entre une première partie « historique » – le terme est à manier avec des pincettes – brillante de maîtrise technique et paradoxalement relativement simple dans ses effets, et une seconde d’un style tape-à-l’œil aussi ridicule que navrant. Mais Danny Boyle est comme ça, il ne peut pas s’empêcher de rajouter des couches d’effets visuels et sonores qui sont autant de babioles au chic clinquant le plus souvent inutiles car déposées de manière complètement artificielle sur le récit, allant même parfois jusqu’à en annuler la cohérence. Dans le meilleur des cas, ça passe et le résultat est bon presque malgré lui (l’étonnant 28 jours plus tard en 2002), sinon on observe ahuri un réalisateur dépecer son film à la tronçonneuse (oui Boyle est tout de même moderne, il a abandonné la hache !).

Malheureusement, son petit dernier entre de plain-pied dans la seconde catégorie, qui contient la plupart de ses films. Malheureusement car Trance – malgré une inspiration limitée et à deux doigts du plagiat : une scène entièrement défalquée de Ocean’s Eleven (2001) de Soderbergh et un ensemble qui lorgne trop avidement sur le triturage de méninges poseur et creux d’un Nolan, Inception (2010) en tête – a quelque chose de prometteur dans nombre de séquences. Il faut dire que l’hurluberlu s’y connaît quand il s’agit de composer un plan et qu’ici dans l’analogie avec la peinture, il s’en donne à cœur joie. La scène de braquage à la sauce pop du début est rondement menée, évitant une trop grande nervosité et le montage épileptique cher à son auteur. Commissaire-priseur en mal de liquidités, Simon (James McAvoy) profite des opportunités de son job pour s’acoquiner avec des malfrats menés par, ô surprise on s’y attend pas du tout, Vincent Cassel, pour dérober un tableau. Une mauvaise torgnole et c’est le blackout. Direction chez l’hypnotiseur en tailleur chic (Rosario Dawson) pour retrouver la mémoire.

 

On le voit bien vite, l’histoire n’a ici qu’un intérêt tout relatif et n’apparaît que comme un McGuffin instaurant un jeu tout sauf savant entre les différents niveaux d’images : réalité, hypnose et flashes-back. Cela permet au réalisateur d’exploiter quelques belles idées de mise en scène (notamment le balayage horizontal de l’image pour passer du présent aux visions sous hypnose) qu’il s’empresse de ruiner soit par des choix incohérents (le même procédé de balayage est utilisé aussi pour les flashes-back et ça ne fonctionne alors plus du tout) et des raccourcis scénaristiques parfois très grossiers où Boyle se tire une balle dans le pied en se privant d’effets comiques pourtant tout acquis à sa cause. S’ajoute à cela les risques inhérents au récit à tiroirs : la difficulté de relier les fils et d’offrir une sortie de course acceptable. Et là, Trance superpose les couches à n’en plus finir, se prend les pieds dans ses bifurcations successives pour lesquelles il cherche des justifications inutiles. Le film se noie dans des effets à la valeur explicative nulle et de plus en plus lourdingues jusqu’à un grand final ahurissant tellement il s’avère mal mené. Symptomatique est le rapport du réalisateur à la musique, omniprésente dans ses films. Oscillant entre fashion et ambiance de cathédrale dans son emphase, Boyle la voudrait hypnotique, elle n’est au meilleur qu’abrutissante et au pire risible au sein de Trance.

Arrivera peut-être un jour où Danny Boyle se rendra compte qu’il est vain de vouloir « costumiser » ses films et que la mise en scène (et la postproduction) se pense avec le récit. Et si ce jour arrive, en évitant avec chance son sentimentalisme de bon aloi, on peut s’attendre à un sacré film.

Titre original : Trance

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.