Select Page

Tout nous sépare

Article écrit par

Thriller français mineur, qui rebat sans cesse les mêmes cartes.

Dans son nouveau long métrage, le réalisateur et critique de cinéma Thierry Klifa met de nouveau en scène Catherine Deneuve après son précédent film Les Yeux de sa mère (2011). Chef d’entreprise qui a repris l’usine de son défunt mari, Louise vit seule avec sa fille Julia (Diane Kruger), une jeune femme qui passe ses journées alitée suite à un accident grave qui la laisse infirme d’une partie de la jambe. Devenue addict à ses médicaments antidouleur, Julia retrouve des sensations auprès de Rodolph (Nicolas Duvauchelle), une petite frappe violente, empêtré dans des affaires de gang qui lui mettent le couteau sous la gorge. Lorsque Julia tue Rodolph par accident, elle et sa mère se retrouvent victimes d’un chantage au cœur de la pègre locale.
 


Personnages convenus pour une mise en scène confortable

« Tout nous sépare » titre le film, est en effet c’est ce que l’on pourrait croire à la vue des oppositions individuelles et sociales qui alimentent le récit : Louise et Julia vivent dans une maison bourgeoise isolée, tandis que Rodolph et son camarade Ben (le rappeur Nekfeu pour la première fois à l’écran) habitent des barraques populaires de la cité de Sète. Les uns et les autres vont pourtant se retrouver pieds et poings liés à la suite de la mort de Rodolph. Cet enchevêtement de personnages contraires autour de l’intrigue et de ses péripéties aurait été plus réussi s’il ne proposait pas des figures déjà trop vues à l’écran : Nicolas Duvauchelle dans le rôle d’un mauvais garçon violent, le rôle – forcément féminin – d’une jeune femme diminuée en quête de sensations fortes qui tombe amoureuse de cet homme qui la méprise, le voyou prêt à tout dans le but d’aller se construire une vie ailleurs,…Tout émerge de représentations et d’un imaginaire assez convenus, voire d’une tiédeur générale d’un cinéma français aux drames très confortables. C’est davantage les acteurs, par leur talent, qui tirent leur épingle du jeu, que leurs personnages eux-mêmes. On sent le plaisir du cinéaste à filmer Catherine Deneuve, à lui donner un rôle important, une profondeur que n’ont pas les autres, endossé d’ailleurs avec allure par celle-ci. Néamoins, cela ne suffit pas à incarner suffisamment le film.
 


Climat

Tourné à Sète, l’oeuvre aurait gagné à développer son ancrage dans la ville, qu’elle capte déjà par petites touches : dès son ouverture, qui s’attarde sur un chantier du port, lors des scènes près d’un étang, et au coeur de la ville même, des bâtiments où vivent Ben et la famille de Rodolph. Cet arrière plan qui reste esquissé donne pourtant une identité au film, bien plus que ses péripéties convenues. En dépit ce ces caractères typés, Tout nous sépare s’inscrit dans la longue liste de ces drames français qui, sans être mauvais, s’abordent sans enjeu cinématographique particulier et qui, malgré certaines belles incarnations actorales et une narration sans trou, s’ouvrent et se ferment laissant le spectacteur dans une forme d’indifférence.
 

Titre original : Tout nous sépare

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 108 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Cité sans voiles

La Cité sans voiles

Prototype matriciel du «noir procédural», «La cité sans voiles» fraye la voie vers un courant néo-réaliste semi-documentaire issu de l’immédiat après-guerre. Drapée sous une chape nocturne, la métropole new-yorkaise bruisse de mille faits divers crapuleux. Le jour venu, à l’été 1947, la brigade des homicides dont le bureau est la rue, bat le pavé brûlant des artères populeuses pour les élucider.