Touristes

Article écrit par

Jeu de massacre délirant en pleine campagne anglaise, « Touristes » est une des bonnes surprises de cette fin d’année.

De retour après le captivant Kill List (2011), Ben Wheatley poursuit son expérimentation toute personnelle du mélange des genres. Comme son prédécesseur, Touristes fonctionne sur une première partie très ancrée dans le film social à l’anglaise, pour ensuite dynamiter chaque attente du spectateur, toujours pris à revers entre la noirceur du propos et l’humour très frontal qui s’en dégage. Une insécurité permanente se larve ainsi dans le déroulement narratif, où la naïveté et le prosaïsme des antihéros se conjugue sans crier gare à des éclats de violence d’une brutalité inattendue. Grinçant, Wheatley place son couple de personnages sensibles et un peu lunaires dans un décorum kitschissime et d’une tristesse sans nom, avec pour seule fuite possible, la fameuse escapade romantique des deux protagonistes.
Fuyant une mère envahissante, Tina décide de suivre Chris, son petit ami, qui lui a préparé un parcours touristique en caravane afin de lui faire vivre enfin une petite aventure. Pourtant, entre l’univers des campings, les musées ruraux insignifiants et l’indispensable culte du petit chien, la suite du voyage ne s’annonce guère initiatique pour les deux touristes. Au contraire, Chris et Tina se confortent tellement l’un l’autre dans leur vision esthétique et morale du monde qu’ils en viennent, au contact d’une nature sauvage, à faire tomber progressivement toutes les entraves sociétales se dressant contre leurs pulsions mesquines. Tels deux grands enfants, jaloux et frustrés, les deux protagonistes vont très vite avoir du sang sur les mains, non pas par amour de l’acte meurtrier, mais par pure bassesse humaine.
  
 
 
C’est là la grande force du film de Wheatley, qui joue toujours deux partitions à la fois : celle de l’empathie et de l’identification d’un côté, celle du dégoût et de la misère morale de l’autre. Jouant habilement sur les deux tableaux, Wheatley se délecte du décalage constant entre le romantisme de la situation fantasmée par le couple et la distance que prend sa mise en scène pour accentuer une réalité pathétique. En ne disposant sur leur route que des personnages insupportables qui ne valent pas mieux qu’eux, Touristes noie toute interprétation définitive et oblige le spectateur à rester attaché à cet étrange couple. Un pari qui fonctionne grâce à la justesse des acteurs (Steve Oram et Alice Lowe, également scénaristes, sont tout simplement excellents) et emporte l’empathie finale nécessaire à l’ambiguïté du long métrage. La gravité de leurs actes ne découle d’ailleurs que de rancœur puérile et de caprices presque attachants car réellement humains et universels. L’humour très maîtrisé que développe Wheatley repose essentiellement sur cette caricature de l’humain sociable, misérable dans sa vie matérielle et effrayant dans son rapport à l’autre. Un ton original et déconcertant qui fait de Ben Wheatley l’un des réalisateurs anglais les plus captivants du moment.  

À lire : l’entretien avec Ben Wheatley

Titre original : Sightseers

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 89 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).