The Other Man

Article écrit par

Un sujet qui laissait présager le pire et au final une assez bonne surprise. Même si The Other Man n’est pas un chef d’oeuvre, il offre un moment de grâce comme seul le 7ème art sait en donner. La magie du cinéma, c’est aussi des coups de coeur inexpliqués…

On y parle d’amour et de trahison, mais The Other Man (adaptation cinématographique de la nouvelle de Berhard Schlink, auteur par ailleurs de The Reader) est avant tout une histoire de pardon et de compréhension. À la disparition de sa femme, Peter (Liam Neeson) découvre les messages d’un autre homme. Une curiosité presque malsaine s’empare alors de lui, incontrôlable et douloureuse. Elle le mènera à Milan, auprès de Ralph (Antonio Banderas), cet autre dont il n’a jamais soupçonné l’existence. Car, et le film n’en fait pas un secret, depuis une douzaine d’années, Lisa (Laura Linney) a une double vie. Impossible défi que ce deuil d’une épouse que finalement Peter ne connaît pas. Au delà de l’infidélité il y a une femme amoureuse, incapable de choisir entre un mari sécurisant et un ami-amant passionnant. Dans cette schizophrénie des sentiments l’un et l’autre apporte une certaine forme d’équilibre qui dépasse les conventions sociales. Peter et la belle maison familiale toujours baignée dans le brouillard, reflet d’un quotidien routinien et confortable ; Ralph et le soleil italien, les vacances milanaises comme une vie de rêve… qui ne peut être la vraie vie.

  

Pour une fois un cinéma qui ne tombe pas dans le cliché de l’homme adultère, et qui fait de l’égalité des sexes, non pas un combat, mais une évidence. L’amour, au moins, est remis à sa place : comme le dit Lisa à son mari lors d’une banale discussion, les sentiments ne sont pas un choix. Il s’agit de rencontres. On tombe amoureux, c’est ainsi et cela ne s’explique pas. Avant de partir elle avait essayé, à sa façon, de lui faire comprendre son attachement à un autre. Par le biais des flash-back et du montage en parallèle, le récit s’attarde sur le beau et sur le douloureux : les souvenirs avec Ralph chevauchent la quête torturée de Peter. Parfois savoir n’est pas salvateur, la connaissance du pire entraîne son lot de tortures psychologiques. Et pourtant, Peter et Ralph apprendront l’un de l’autre. Car, finalement, n’est-ce pas un joli point commun qui les a réunis?

Titre original : The Other Man

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.