The Florida Project

Article écrit par

Sean Baker gagne en efficacité et en simplicité avec The Florida Project pour mieux y colorier les contradictions de son vieux pays natal, l’Amérique « Disney ».

Dans la banlieue de Disney World, Moonee (Brooklynn Kimberly Prince), du haut de ses 6 ans, fait les 400 coups avec ses amis en errant au sein d’un décor pour le moins improbable : les mandarines géantes, les marchands de glace, les motels et les parking s’y étendent à perte de vue. Mais là où les touristes ne sont que de passage vers la cité magique, une communauté de plus en plus grande s’élargit en élisant domicile dans la flopée de motels qui bordent les routes vers Disney World. Moonee vit, de son côté, avec sa jeune et insouciante mère, Halley (Bria Vinaite), 22 ans, dans le « Magic Castle », un motel de fortune sur lequel veille Bobby, le gérant (Willem Dafoe) qui protège, d’un coin de l’oeil, les plus fragiles.
 
Changement de cap

S’il a bien été présenté à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, The Florida Project est assez caractéristique du Sundance festival duquel a émergé Sean Baker. Le film coche toutes les cases : mise en lumière d’une communauté américaine marginale, omniprésence d’une naïveté constamment contre-balancée par la dureté sociale du tableau dressé. The Florida Project est un film à charge sur les ruines désolantes d’une crise des subprimes qui a poussé bon nombres de foyers vers la sortie (ici, vers des motels où s’entassent les plus fragiles). Ruines que les enfants de Baker n’attendront pas, d’ailleurs, à enflammer, histoire de foutre le feu aux conneries des parents.

Venant de Sean Baker, que l’on connaît surtout pour son dernier shoot d’adrénaline Tangerine, le sujet de The Florida Project n’a rien de surprenant. Ce qui l’est plus, c’est la forme qu’il emprunte, en opposition totale avec son dernier film tourné à l’iPhone et qui avait fait sensation (notamment) pour cette raison. Ici, plus de portable fixé au bout d’un stabilisateur mais bien un 35mm beaucoup plus posé et reposé. Et qu’on se le dise : Baker gagne clairement en clarté en adoptant une forme beaucoup moins sauvage, et, aussi, beaucoup moins sensationnaliste.
 

Disneyland, mon vieux pays natal

The Florida Project n’est, au-delà de ça, ni une révolution ni une claque. Baker s’est simplement calmé, a disposé de plus de moyens, a étoffé son casting et s’est concentré, pour le meilleur, sur le décor – incroyable – plus que sur ses personnages, déjà tous croisés quelque part (à Sundance ou ailleurs). Et c’est dans les façades grotesques des motels, supermarchés et autres temples de la consommation que Baker trouve sa matière la plus intéressante. Petit à petit, au gré des pérégrinations de ces jeunes enfants filmés à leur hauteur, c’est l’Amérique dans toute sa gloutonnerie aveuglante qui jaillit à l’écran, en rose, en orange ou en mauve.

On découvre alors, derrière la bienveillance assez molle du récit, une tapisserie grotesque en arrière plan. The Florida Project n’est pas un film « Disney », mais plus un film « Kodak » qui trouve, dans le format pelliculaire, un sens : celle d’une nostalgie dépassée virant au fétichisme, qu’on a du mal à abandonner. Ici, la dite nostalgie est ce rêve de gosse qu’est le rêve américain, par essence immature et utopique (et que Trump, figure grand-guignolesque, continue de tourner en parodie), et qui se place ici derrière la décrépitude de marginaux qui se prostituent pour joindre les deux bouts. Mais, dans le même temps, on sent bien que les figures de l’imaginaire Disney hantent le cinéma de Baker. Ce dernier ne peut se résoudre à descendre totalement ce rêve (américain) au point, même, d’y retourner une dernière fois.

Titre original : The Florida Project

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 111 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).