Select Page

The Amazing Spider-Man

Article écrit par

L’araignée a bien du mal à tisser sa toile.

Pourquoi consacrer un nouveau film au célèbre homme-araignée de la maison Marvel ? La trilogie de Sam Raimi n’avait-elle pas suffi à illustrer les mésaventures de Peter Parker ? Visiblement non. C’est donc au tour de Marc Webb, réalisateur de la petite comédie sentimentale (500) jours ensemble, de dépoussiérer Spider-Man. Ce reboot, qui devrait cartonner dans les salles obscures et permettre à Sony Pictures de brasser quelques millions de dollars, n’arrive malheureusement pas à la cheville des films de Raimi.

Ce n’est pas toujours dans les vieilles casseroles que l’on fait les meilleurs films. En repartant de zéro – Peter Parker, lycéen malin mais bizuté par ses petits camarades de classe, se fait mordre par une araignée radioactive et se retrouve affublé de supers pouvoirs ; il s’en sert d’abord à des fins personnelles, mais change son fusil d’épaule et décide de lutter contre le crime après avoir assisté à l’assassinat de son oncle – , Marc Webb courait un risque évident : éveiller chez le spectateur une désagréable impression de déjà-vu. Il prend donc soin de contourner les scènes-clés et d’éjecter les principaux personnages du premier Spider-Man, à commencer par Mary-Jane, Harry Osborn et son influent paternel. L’oncle et la tante de Peter ne pouvant pas être mis au placard, ils apparaissent brièvement pendant le premier quart d’heure du film, mais font plutôt figure de potiches. Le film de Marc Webb ne commence réellement qu’après avoir bâclé ce bref et inconfortable parcours initiatique : le grand méchant lézard apparaît et le combat du bien contre le mal peut enfin commencer. Youpi.


 
Cet « amazing » Spider-Man échoue malheureusement là où celui de Raimi faisait preuve d’une étonnante efficacité : son héros, terriblement lisse, n’a ni la fragilité ni la maladresse de celui incarné par Tobey Maguire. Il est certes plus jeune, mais son arrogance est purement superficielle (il rejoint les jeunes filles dans leur chambre en passant par la fenêtre, ce coquin) et son numéro d’ado en crise ne convainc pas. Andrew Garfield et Emma Stone sont certes très mignons, mais leur jeux sont bien fades en comparaison de ceux de leurs prédécesseurs. Presque aussi fades que leur amourette.

Pas de grand frisson – la 3D offre une ou deux scènes de voltiges assez réussies, dont le charme s’estompe rapidement – mais une bonne dose de manichéisme pour tenter de faire monter la mayonnaise. Le justicier, loin d’être tourmenté par les risques qu’il encourt, sauve des enfants innocents d’une mort certaine et s’attire la sympathie des citoyens new-yorkais. On ne peut s’empêcher de regretter l’humour des premiers films, le physique de freluquet de Tobey Maguire et la verve de J. K. Simmons.

Alors, à quoi bon ce reboot ? En sortant de la salle, le spectateur n’aura pas appris grand-chose sur le passé de Spider-Man, se sera amusé pendant une dizaine de minutes de relever les points communs et différences entre les films de la saga, aura ri un peu, soupiré beaucoup. Mais pas d’inquiétude à avoir : les deux prochains épisodes devraient, à coup sûr, nous apporter quelques éclaircissements sur le passé du héros en juste-au-corps.
 

Titre original : The Amazing Spider-Man

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 137 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le Jardin des Finzi Contini

Le Jardin des Finzi Contini

« Le jardin des Finzi Contini » est un film sur la mémoire suspendue et le temps retrouvé. C’est une œuvre impérissable qui est le véritable chant du cygne du « commandatore » Vittorio de Sica. Eblouissant d’émotion contenue dans sa version restaurée.

L’Homme du Sud

L’Homme du Sud

Couronné au festival de Venise en 1946, « The Southerner » se déroule comme un ample poème élégiaque imagé sur l’’âme du Sud et son sol aride fécondant les mentalités farouches avant que la mécanisation en marche n’emporte tout sur son passage. Panthéiste dans sa conversion à la nature . En version restaurée….