Synecdoche, New York

Article écrit par

Le premier film de Charlie Kaufman est une expérience cinématographique onirique. Le cinéaste propose de pénétrer un univers comparable à un rêve (ou un cauchemar) éveillé. Les plus audacieux devraient être partants pour jouer aux somnambules.

Synecdoche, New York peut être pris pour une réflexion sur les orientations que l’on donne à sa vie. Choisir de la vivre ou s’accrocher à un douloureux passé : le prétexte pour la regarder de l’extérieur en la mettant en scène, à la manière d’un dramaturge. Caden Cotard, interprété par le brillant Philip Seymour Hoffman (on se demande d’ailleurs dans quel film on pourrait l’interpeller en flagrant délit de mauvaise interprétation), en est un. Marié, père d’une fille délicieusement prénommée Olive, Cotard vit la fin de son couple. Sa femme Adèle, peintre au talent mondialement reconnu, a décidé de s’installer à Berlin pour y poursuivre sa carrière. Olive fait partie de ses bagages. La séparation est difficile pour Caden qui découvre au même moment que son système nerveux est atteint d’un mal mystérieux. Il fait de son mieux pour reprendre le dessus et surmonter l’absence d’un enfant livré à la mauvaise influence d’une amie de sa mère. Caden essaie même de vivre une nouvelle histoire avec la jeune et rousse Hazel, qui lui fait les yeux doux, puis avec Claire, une actrice de sa troupe qui l’admire. Ses femmes et plus tard ses comédiennes, Tammy qui jouera Hazel, et Ellen, à qui reviendra le rôle de la femme de ménage d’Adèle, s’apparentent à des bouées pour un homme qui perd pied au fil des ans. Mais le vrai exutoire se trouve ailleurs, dans la création de l’œuvre d’une vie, de sa vie. Et ce n’est rien de le dire. Caden s’enfonce alors dans la mise en scène de son quotidien au point de créer un monstre : la confusion entre fiction et réalité (à l’origine, Synecdoche, New York devait être un film d’horreur).

Charlie Kaufman, à qui l’on doit le scénario de Dans la peau de John Malkovich, est un habitué des univers, voire des vies complexes. Synecdoche, New York, dont il a également signé le scénario, en est un nouvel exemple. Sa démarche semble d’autant plus aboutie qu’il en est le réalisateur. Pour cette grande première, il a choisi d’entretenir, avec un malin plaisir, le flou dans l’esprit du spectateur. Surtout dans la seconde moitié du long métrage, qui dure un peu plus de deux heures. La vraie vie de Caden, présentée auparavant, bascule sur scène. Elle se déroule désormais parallèlement aux indications du metteur en scène Caden Cotard et à la recherche d’acteurs susceptibles d’incarner les héros de ce quotidien. Les digressions se multiplient : ces allers-retours entre le réel et la pièce, qui accaparent la vie du dramaturge, testent à chaque instant l’attention du spectateur. La prouesse de Kaufman est là : accrocher quand tout concourt à faire lâcher prise. Ce qui n’est pas une vue de l’esprit, puisque la production du film conseille de le revoir plusieurs fois afin de mieux en appréhender les subtilités. Le conseil, loin d’être une astuce marketing, n’est pas superflu. Regarder Synecdoche, New York peut donner l’impression que le temps se rallonge. Au propre, parce que la vie de Caden se déroule deux fois – sur scène et à l’écran –, et au figuré, pour le spectateur qui tente de faire la part des choses dans son petit cerveau. À l’instar d’une poupée russe, le long métrage de Kaufman n’en finit pas de se découvrir, jusqu’à son somptueux plan final. L’expérience est prenante et s’apparente à une révélation. Celle de mettre en images l’adage qui veut que l’on soit le héros de sa propre vie. Autrement, on prend le risque d’en faire un rêve ou un cauchemar. Synecdoche, New York est une œuvre hallucinante et hallucinogène. La maison de Hazel, toujours en flammes, est l’une des nombreuses illusions d’optique dont regorge une fiction pour le moins onirique. Les cinéphiles qui n’ont pas peur de vivre des expériences nouvelles et aiment relever le jouissif – mais illusoire – défi de percer à jour une fiction apprécieront. Bon film les petits!

Titre original : Synecdoche, New York

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 125 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).