Select Page

Super 8 de JJ Abrams : 30 minutes exclusives !

Article écrit par

Les quelques minutes aperçues du prochain opus du réalisateur semblent démontrer que l´habile amuseur s´est peut-être enfin transformé en cinéaste.

La semaine dernière, Paramount proposait à la presse de voir en avant-première 30 minutes de Super 8, le très attendu nouveau film de JJ Abrams. Très prometteuses, ces quelques scènes semblent montrer qu’Abrams a peut-être franchi un réel cap. Installé depuis longtemps dans le milieu hollywoodien en tant que producteur et scénariste (Forever Young, Armageddon), Abrams accède à la notoriété avec la création des séries Felicity et surtout Alias, narrant les aventures mouvementées de l’agent secret Sidney Bristow. Gorgé de rebondissements, de coups de théâtre et de cliffhangers haletants, Alias redonnait à la fiction télévisée ses lettres de noblesse dans un tourbillon d’action. C’est ensuite avec Lost qu’il confirmera les promesses pour ce qui sera le phénomène des années 2000. D’un postulat faussement simpliste (les rescapés d’un crash sur une île déserte), la série s’élève à des hauteurs insoupçonnées, où une intrigue tortueuse nous promène dans tous les genres et se permet les audaces narratives les plus folles. Récemment, sa nouvelle création, Fringe a confirmé son brio pour captiver astucieusement les téléspectateurs. Une des clés de ses différentes réussites est également la science d’une communication savamment orchestrée. C’est également ce qui montrera ses limites lors de ses passages au cinéma.

En 2006 en effet, Tom Cruise en personne convoquera Abrams pour mettre en scène le troisième volet de la franchise Mission : Impossible. La déception est de taille tant les qualités d’Abrams se transforment en terribles défauts dans ce passage du petit au grand écran. L’artificialité de la narration ne reposant que sur des astuces de scénariste et l’efficacité de l’instant se fait criante et ne fonctionne que le temps d’un pré-générique mémorable, l’intrigue se révélant par la suite terriblement creuse. Là où John Woo avait contourné un script indigent par sa virtuosité dans le deuxième volet, Abrams se révèle incapable de donner l’ampleur souhaitée à ses scènes d’action, leur confèrant un chaos non maîtrisé qui culmine lors de l’illisible évasion du méchant, pourtant spectaculaire sur le papier. La frénésie des séries naissante offrira paradoxalement bonne presse au film pour ces même raisons : avoir transposé les codes tv au cinéma, mais malheureusement sans les adapter à ce médium tout différent.

Abrams corrigera une partie de ses failles lorsqu’il se chargera de relancer la saga Star Trek. L’esprit bien plus « serial » du célèbre space opera convenant bien mieux à la patte Abrams qui, tout en respectant l’esprit et les codes de la série, lui offre un lifting mémorable. Le script malin s’inscrit dans l’esprit ludique à rebondissements qu’affectionne Abrams, mais la mise en scène s’avérait à nouveau très limitée lors des morceaux de bravoure et indigne des moyens alloués. A l’inverse, sa production Cloverfield en mettait plein la vue, avec son Godzilla revu et corrigé à la sauce Blair Witch, mais l’art du buzz d’Abrams montrait ses limites par un récit indigent et bourré de facilité, puisque transposant une simple intrigue soap (un homme cherche à se réconcilier avec sa fiancée et la retrouver) dans un cadre spectaculaire, sans l’élever à la manière d’un Abyss.

Avec le nouveau projet Super 8, il semble que la phase d’apprentissage d’Abrams soit terminée et qu’on puisse enfin attendre de lui qu’il nous propose du cinéma. Le film est la fusion de deux projets différents, l’un intimiste sur des adolescents des seventies réalisant des films en Super 8 et l’autre, plus spectaculaire, imaginant un déménagement de la fameuse Zone 51 qui tourne mal. Les 30 minutes vues s’équilibrent parfaitement entre ces deux options, avec présentations des jeunes protagonistes et mystères autour de la créature extraterrestre. Dès les premières minutes, un constat : il ne manque que le logo Amblin’ pour définitivement appuyer la patine 80’s de la chose, et pour cause, Spielberg est à la production ! Un appui de poids qui semble inspirer Abrams puisque, tant dans le jeu parfait du jeune casting que dans le mélange d’intime et de fantastique plane l’ombre du réalisateur d’ET et du producteur des Goonies.

On sent pourtant poindre la patte d’Abrams dans la difficile relation du héros et de son père après la perte récente de sa mère, qui n’est pas sans rappeler celle entre Sidney Bristow et son géniteur dans Alias. Abrams exprime ce fossé le temps d’une courte scène de dialogue tout en non-dits d’une belle subtilité. Arrive ensuite une séquence ludique avec tous les adolescents en action pour tourner leur film. Là encore, les portraits sont croqués dans l’action avec tendresse et humour dans une scène limpide où une jolie amourette s’esquisse. Le point le plus intéressant semble également être la mise en scène d’Abrams, enfin au diapason. Le déraillement de train qui voit s’échapper la créature est un sacré morceau de bravoure que des cadrages amples et des mouvements virtuoses rendent terriblement efficace, les héros dévalant autour des débris s’écroulant sur eux. Enfin, la furtive attaque de la créature dans une station-service porte indéniablement la marque de Spielberg par sa lente montée en puissance, l’humour latent (qui ne désamorce par l’angoisse) étant dû à Abrams et définissant bien l’objectif du film.

Amuser, effrayer et émouvoir, tel semble être le crédo de ce Super 8 (où on pense également au beau Stand by Me de Rob Reiner), comme dans les meilleurs divertissements des années 80. Si le film maintient le niveau de ses quelques séquences entraperçues, on tient là le vrai blockbuster de l’été, plus sincère que les grosses machines attendues. Abrams semble avoir enfin mis son indéniable talent de narrateur au servir d’une imagerie appropriée et maîtrisée.

A lire : notre critique du film.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

ADN

ADN

Le cinquième long-métrage de Maïwenn, se voulant généreux et sans frontières, nous montre les ficelles d’un cinéma narcissique, arrivé à épuisement de son style, qui se cantonne au degré zéro du réel. S’il tente de nous dire que chacun est le fruit d’une histoire, on se retrouve pourtant englué dans un présent où les dialogues et les corps n’ont aucun sens.

L’Avventura

L’Avventura

Avec ses tableaux panoramiques délavés par les embruns, L’Avventura reflète l’âpreté de la relation amoureuse entre homme et femme dans une comédie moderne des faux-semblants. Le film se revoit comme la déambulation contrariée de Claudia, muse antonionienne, déroulant un fil d’Ariane sans issue véritable dans l’écheveau des subjectivités. Plus troublant que jamais en version restaurée.

Manhunter

Manhunter

La ressortie d’un classique du répertoire hollywoodien, avec ce thriller de Michael Mann, est un voyage nostalgique et immersif dans les années 1980