Select Page

Stretch

Article écrit par

Paris sportifs et corruption pour mon petit jockey à Macao. « Stretch » vaut surtout pour l´occasion de voir une dernière fois David Carradine à l´écran.

Les années passent et se ressemblent. Après avoir fait des excès à Noël, le cinéma semble vouloir en janvier nous conseiller de nous mettre au sport. Début 2010, c’était tonique avec le roller du beau Bliss, la première réalisation de Drew Barrymore dont le talent pour faire passer des vessies pour des lanternes semble sans fin. Début 2011, ce sont les courses de chevaux avec un film qu’on n’attendait plus tant sa gestation a été cruelle et empêchée. Suite au décès de David Carradine en plein tournage à Macao, Charles de Meaux a continué à tourner, ne cherchant pas à remplacer l’acteur. Après un travail de réécriture et de montage, le film ne souffre pas de la quasi absence de l’acteur (présent seulement dans deux scènes). Si Stretch déçoit, ce n’est certainement pas lié aux aléas de sa conception.

Pour son troisième long-métrage, Charles de Meaux surprend par un classicisme global qui fait de Stretch une illustration sage et linéaire de son thème : les malheurs d’un pauvre jockey s’exilant à Macao, nouvel éden chinois des courses, après avoir été contrôlé positif en France. On sent l’empathie et la connaissance personnelle du sujet par le réalisateur. Peut-être trop, tant on pouvait espérer face à une histoire relativement courrue d’avance – les ambitions du jeune premier confrontées à des sphères sur lesquelles il n’a pas de prises – un traitement, si ce n’est original, du moins plus personnel. Surtout connaissant la provenance et les premiers films du réalisateur (Shimkent Hotel et Le Pont du trieur coréalisé avec Philippe Parreno). Charles de Meaux est en effet le directeur d’Anna Sanders Films, société de production fondée en 1998 avec les artistes Pierre Huyghe et Philippe Parreno, qui produit, entre autres films d’artistes, Apitchapong Weerasethakul. Autant d’éléments à même d’attiser une curiosité qui, pour cette seule fois espérons-le, restera insatisfaite tant le réalisateur se montre prudent dans son approche.

La forme contre le fonds

Stretch, c’est un parcours, de l’ascension vertigineuse à la chute. Dans le jargon sportif, « stretch », c’est la ligne d’arrivée qui semble s’étirer, s’éloigner à mesure que la course avance, une ligne d’arrivée que le film se refuse à nous montrer. Dans une discipline dont le corollaire immédiat est le pari et l’attente du résultat, Stretch gomme ce résultat. Il ne le dissimule pas – le résultat se devine –, mais le moment même de son apparition (le franchissement de la ligne) est systématiquement coupé, retranché. Du montage, cette coupure contamine la forme même du film, et se révèle une force autant qu’une faiblesse. Une force car ces coupures nettes vont à l’encontre des attentes naturelles qu’on peut placer dans le film et le revitalisent. Une faiblesse tant le procédé n’est en fait que le reflet de l’adhésion totale au destin du personnage principal, pour qui la fin d’une course ne signifie pas la fin de sa course. Il n’y a guère que lors du finale que ce procédé déceptif portera ses fruits, au risque justement de frustrer le spectateur.

De façon quasi systématique, Stretch reprend de la vigueur dès qu’il cherche à donner forme à son scénario plutôt qu’à l’observer avec révérence, desservi qu’il est par l’interprétation geignarde de Nicolas Cazalé qui ressert son rôle de jeune premier torturé (et c’est un bien grand mot) de film en film. Les choix qui pourraient apparaître comme les plus artificiels sont ceux qui sauvent le film et viennent rappeler les qualités de son réalisateur. Le recourt à la voix off ou aux intertitres qui apparaissent sur fond de Macao nocturne font finalement plus pour l’avancée du récit que sa plate mise en image constamment rattrapée par de grosses ficelles narratives qui – si elles sont sans doute le reflet d’une réalité (en atteste l’apparition d’un vrai jockey, Cédric Segeon, dans son propre rôle) – ne sont définitivement pas le point fort de Charles de Meaux. Une séquence, relativement courte, où le récit bascule en voix off tel un souvenir déjà imprimé dans le présent, ne conserve que les corps, l’échange de regards et le mouvement. Elle vaut à elle seule bien plus que le gros du film où s’alternent courses de chevaux, machinations de gros mafieux et crises du petit jockey qui donnent l’impression de n’en pas finir et n’ont jamais réussi à susciter le moindre attachement. Stretch porte ainsi bien son nom.

Titre original : Stretch

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

She Will

She Will

À mi-chemin entre l’univers de Ari Aster et de Dario Argento, She Will de Charlotte Colbert est un film à l’esthétique envoûtante, qui n’a pourtant pas su répondre à sa propre ambition.

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.