Select Page

Son épouse

Article écrit par

Michel Spinosa revient avec un nouveau film dont la signification est un peu brouillée par le mélange des genres. Mais l’Inde est là et bien là.

Un film qui réunit à nouveau Charlotte Gainsbourg et Yvan Attal qu’on aimait bien dans les deux ou trois films qu’il avait réalisés, on se dit chouette ! Quand, en plus, c’est le réalisateur de La parenthèse enchantée (2000) qui s’y colle, on se dit que le film sera sans doute intéressant. Mais on déchante vite car nous voici bringuebalés dans une histoire assez invraisemblable où la pauvre Charlotte Gainsbourg, à peine remise de ses aventures avec Lars von Trier (Nymphomanic Volume 1 et Volume 2), interprète ici une ex-junkie qui se balade en Inde en oubliant ses Subutex, substituts de l’héroïne. Le film commence par une belle histoire d’amour, presque banale, qui va basculer brutalement dans une peinture de la possession qui n’est pas trop naturelle. C’est dommage car Michel Spinosa voulait entrer de plain-pied dans une histoire d’amour fou. Il nous dépeint un couple de Parisiens, Joseph et Catherine, qui vivent un amour sur lequel plane une sorte d’ombre. Catherine n’ose pas avouer à son vétérinaire d’époux qu’elle est ex-toxicomane encore suivie par un protocole. Ils se sépareront suite à une tragédie que nous ne dévoilerons pas pour garder le suspense. Mais pour des raisons de possession et de folie, Joseph va être amené à se rendre à son tour en Inde à la rencontre d’une jeune fille, Gracie, qui a perdu la raison, hantée par le fantôme de Catherine.

Ainsi, on aurait pu se retrouver devant une sorte de remake du Fleuve (1951) de Jean Renoir. Il n’en est rien, même si Michel Spinosa s’est donné les moyens de ne travailler exclusivement qu’avec une équipe indienne, de mettre ses acteurs français en difficulté et de tenter de s’approcher au plus près pour observer comment la folie et la possession par les « peys » (sorte d’esprits qui pénètrent les corps et les âmes) sont traités en Inde et, notamment, dans ce grand centre religieux où les possédés sont attachés par un pied près des arbres, des statues de divers saints (même catholiques) ou des autels en attendant qu’ils guérissent ou que le pey s’en aille. Gracie est traitée de cette manière et la comédienne qui l’incarne est saisissante de réalisme.

Pour ce faire, le réalisateur a vécu au préalable durant de nombreuses semaines en Inde, a pris des notes, a fait des repérages. Pour l’écriture du scénario, il s’est adjoint les services d’Agnès de Sacy, réputée pour sa manière de structurer ses histoires. On se demande ce qui cloche pourtant dans ce film, peut-être trop long, trop narratif, trop encombré en fait de sous-histoires et d’anecdotes inutiles. On dirait que le réalisateur hésite entre fiction et documentaire, et c’est ni l’un, ni l’autre qui l’emporte. C’est peut-être cette hésitation qui donne naissance à un objet hybride, parfois pas dépourvu de charme et quelquefois agaçant. La partie indienne ressemble parfois à un guide de voyage pour initiés qui s’extasient sur l’attrait hypnotisant de l’Inde et de ses mystères… Quant à la courte partie se situant à Paris, elle donne aussi dans la caricature avec ses problèmes de drogue, de couple qui se déchire et d’états d’âme existentiels de gens pourtant nantis. Et le choc culturel entre les deux cultures ne se fera pas, même si Joseph, l’égoïste, finira par s’ouvrir un peu plus au monde au contact de Gracie notamment, acceptera de devenir un tout peu plus compassionnel. On le savait jusqu’à présent vétérinaire pour la SPA, mais à la fin du film le réalisateur nous permettra de le voir enfin à l’œuvre lorsqu’il se prend d’affection pour un chien errant en Inde. Cet animal à forte connotation mythique dans ce pays, incarne ici, avec le jeune homme, l’Inde éternelle, qui se donne et aide les gens à changer. C’est du moins ce qui se passe dans Le Fleuve, mais aussi c’est ce que cherchaient certains hippies dans les années 70, ainsi que nous le montre le film d’André Cayatte, Les chemins de Katmandou (1969) dans lequel jouent d’ailleurs Jane Birkin et Serge Gainsbourg, les parents de Charlotte. La parenthèse enchantée s’est refermée et rouverte en Inde, nouvel Eldorado de la vraie vie…

Titre original : Son épouse

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 107 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.