Select Page

Scoop

Article écrit par

La France est un drôle de pays qui brûle ses idoles après les avoir adorées. Il en va ainsi pour ce pauvre Woody Allen qui, encensé d´une manière plus qu´exagérée par tous les médias au moment de la sortie de Tout le monde dit I love you, se voit maintenant voué aux gémonies par une […]

La France est un drôle de pays qui brûle ses idoles après les avoir adorées. Il en va ainsi pour ce pauvre Woody Allen qui, encensé d´une manière plus qu´exagérée par tous les médias au moment de la sortie de Tout le monde dit I love you, se voit maintenant voué aux gémonies par une grande partie de la critique qui entend dicter ses goûts et ses couleurs à un public qui aurait de plus en plus tendance à s´en soucier comme d´une guigne, et on le comprend aisément. Bref, après cette entrée en matière, parlons du film et osons le dire tout de go : Scoop est un bon film, dans la lignée du précédent Match Point.

Scoop reprend des thèmes chers au cinéaste new-yorkais qui semble avoir retrouvé une seconde jeunesse en découvrant Londres et surtout la jeune et belle Scarlett Johansson dont il ne tarit pas d´éloges, et on le comprend. Il faut dire que, dans ce film, elle parvient à retrouver la grâce et la présence à la fois désinvolte et charismatique de Diane Keaton, mais surtout de Mia Farrow. C´est avec cette dernière qu´elle aurait le plus de points communs, même si le côté évanescent et torturé semble avoir été gommé pour laisser plus de place à la vie et à la sérénité. Cependant, en regardant Scoop, film comique par excellence, on ne peut s´empêcher de penser à Broadway Danny Rose, à Meurtre mystérieux à Manhattan et à l´épisode Le complot d´OEdipe du film collectif New York Stories.

Du premier, Broadway Danny Rose, il a le côté farfelu et faussement foutraque qui présente le milieu du show-business sous des dehors ringards et fantasques (qu´on retrouvera en quelque sorte avec le couple de fabricants de cookies dans Escrocs, mais pas trop). Du second, Meurtre mystérieux à Manhattan, il a conservé en quelque sorte l´intrigue, entre Agatha Christie, sir Alfred Hitchcock et Enid Blyton (vous savez, le Club des cinq !), une intrigue pseudo-policière qui réunit un couple de doux dingues à la recherche d´un meurtrier insoupçonnable, sauf qu´ici le meurtrier est un play-boy de la haute. Quelle bonne idée d´avoir revisité le mythe de Jack l´Éventreur dans Scoop et d´en faire le fils d´un lord ! Et enfin, du troisième, Le complot d´OEdipe, il a pris le côté thanatologique en nous présentant la vie en équilibre sur le dos de la mort, une vie qui laisse une grande part à l´imagination, à la magie et à la prestidigitation. Dans Le complot d´OEdipe, c´est la mamma juive qui disparaît à cause (ou grâce aux !) des manipulations d´un prestidigitateur de music-hall. Ici, c´est en tentant de faire disparaître une belle et plantureuse jeune Américaine que Woody, dans le rôle d´un Houdini (sous le pseudo de Splendini) tocard de caf´ conc´, fera apparaître un journaliste réputé et mort vivant qui va les mettre sur la piste d´un scoop, d´où le titre.

Sans aller jusqu´à l´enthousiasme, mesuré toutefois mais enthousiasme qu´il faut quand même bien souligner, de Philippe Azoury qui, dans Libération du 1er novembre 2006, titre sur << La mort en farce >>, on pourrait effectivement penser aussi que ce film donne à méditer sur la mort. En effet, il ne s´agit pas que de comédie. Cependant le propos de Woody Allen est tout de même de nous faire rire de la mort à la manière des stoïciens et ça tombe bien, le film (hasard du calendrier) sort en France le jour de la Toussaint.

Nous faire rire même, et y compris, de sa propre mort : le magicien halluciné qu´il incarne, va mourir à la fin dans un accident grotesque au volant d´une voiture jouet, parce qu´il confond sa droite et sa gauche. Il se retrouve alors au pays imaginaire des morts, présenté comme une décor de Bayreuth, à continuer de faire ses tours de magie à deux balles pour un public toujours émerveillé, comme les enfants. Image, magie, on le sait voici une anagramme : et Woody le sait bien, lui qui s´émerveille de la luminescence de son actrice fétiche, comme Fellini devant son Anita, allant même jusqu´à déclarer lui aussi : << Elle irradie le plateau par sa seule présence, elle déborde d´énergie et répand autour d´elle une ambiance totalement positive. >>

Il y a fort à parier que ce Scoop ne sera pas prémonitoire et que le cinéma et sa magie ne sont pas morts, n´en déplaise à certains. Woody nous réserve encore d´autres bonnes surprises où la mort sera présentée encore une fois << comme ce numéro de trop qui n´aurait pas fonctionné >>, ainsi que l´écrit si bien Philippe Azoury. Mais justement, on en redemande : qu´il nous fasse encore rire avec le masque monstrueux de la camarde, dont on ne voit jamais le visage mais qui nous laisse bien voir qu´elle aussi est en carton-pâte. Vive la vie, semble nous dire ce film sur la mort ! Et c´est jouissif !

Titre original : Scoop

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 96 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les chemins de la haute ville

Les chemins de la haute ville

Styliste jusque dans le détail flamboyant de l’adaptation, Jack Clayton circonscrit les fourvoiements d’un rastignac provincial dérouté sur « les chemins de la haute ville ». Soixante ans après sa sortie fracassante, le film marque encore les esprits par le prurit des désirs inassouvis qu’il déclenche en nous. Un soap opéra férocement jouissif en version restaurée 4K.

Camille

Camille

Voir ce film est comme ouvrir le journal : reportage en une dizaine de pages du conflit en Centrafrique avec photos exclusives de Camille Lepage.

Joker

Joker

Amas d’abîme sur lequel tente de danser un corps ravagé, « Joker » repose tout entier sur la composition démentielle de son acteur.

Gemini man

Gemini man

De retour sur les écrans, Will Smith s’impose un rôle dans la continuité logique de sa carrière dans le nouveau projet de Ang Lee, réalisateur et producteur taïwanais notamment reconnu pour sa capacité d’adaptation au fond et à la forme.