Select Page

Robot and Frank

Article écrit par

Une mise en scène authentique, un scénario original, un casting excellent… « Robot and Franck » réunit tous les critères pour être une bonne surprise !

Il y a certains films qui arrivent à être drôles sans être hilarants, émouvants sans être larmoyants, des films qui sont justes d’un bout à l’autre. De petits bijoux aussi agréables à regarder que riches en questions sur notre contemporanéité. Robot & Franck en fait partie.
Cette petite pépite est le premier long métrage de Jake Shreier d’après le premier scénario long de Christopher Ford. Malgré toutes ces « premières fois », cette comédie dramatique fait son petit bout de chemin puisque après son prix Alfred P. Sloan à Sundance (forcément, c’est un film indépendant), elle a ouvert le Festival du film américain de Deauville.

Dans Robot and Franck, Jake Shreier pose son récit dans notre futur proche. Il met en scène Franck, retraité solitaire ancien voleur professionnel dont la mémoire flanche. Son fils, parce qu’il se fait du souci de le savoir seul, décide de lui offrir un robot programmé pour être une sorte d’auxiliaire de vie : ménage, cuisine, activités pour entretenir la santé mentale de Franck… un humanoïde à savoir tout faire. D’abord réfractaire, Franck fini par adopter ce robot aux airs de Lego. Et de fait, la réussite du film repose d’abord sur l’alchimie touchante qui se crée entre le robot et le vieil homme (interprété par l’excellent comédien de théâtre Franck Langella). Mimiques, humour, façon de parler, de se déplacer… Robot, le robot, devient un personnage à part entière auquel on s’attache rapidement.

Dans cette comédie, Shreier traite avec virtuosité un panel de sujets contemporains et essentiels, aidé par le scénario original et intelligent de Ford. Le duo, en un véritable tour de passe-passe, parle de la vieillesse et de la perte de mémoire, sujet peu abordé dans le cinéma américain, sous la focale de la comédie d’action en transformant le robot en cambrioleur hors-pair ! Robot and Franck pose également la question du tout numérique et de la destruction du livre physique à travers l’amie de Franck bibliothécaire dont le nouveau patron veut transformer sa bibliothèque en un lieu conceptuel de réalité augmentée où les livres physiques les plus rares deviennent des objets vintage. Enfin, Shreier et Ford, avec tact et philosophie, laissent en suspens quelques questions intéressantes comme la supériorité intellectuelle de l’homme sur la machine, de la part d’humanité chez le robot ou encore du remplacement des hommes par des machines…

Le tout est servi par une proposition de mise en scène minimaliste mais néanmoins très réussie : chaque plan est travaillé soigneusement, la lumière souvent automnale de la petite ville de province verdoyante apporte une certaine nostalgie au traitement de l’image. Une simplicité et une authenticité qui permettent à Shreier et Ford d’explorer des thèmes et des sujets parfois graves sans jamais enliser le film dans des lourdeurs mélodramatiques. Servi par un casting excellent, Franck Langella (Franck) et Susan Sarandon (Jennifer) en tête, Robot and Franck est un film touchant, attachant, drôle et poétique sur la crainte de l’obsolescence. Quelque chose de rare qu’il ne faut pas rater.

Titre original : Robot and Frank

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 85 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…