Select Page

Rives

Article écrit par

Filmer Paris, encore. Sous quel angle ? Préférer un quartier, s´y restreindre et l´épuiser, ou essayer d´apercevoir le temps d´un premier long métrage la ville entière ?

D’une carte de France avec ses fleuves jusqu’à la bouteille d’eau renversée sur la fameuse soufflerie de la grille de métro Place Pigalle, Armel Hostiou filme l’élément liquide sous plusieurs formes, place ses acteurs près des ponts, d’un étang ou d’une menthe noyée dans l’eau. Déclinaison visuelle autant que sonore, ce fil conducteur apporte,  à défaut d’un réel parti pris, un choix stylistique conforme à un travail de recherche formel : les reflets sont nombreux, les liquides se meuvent sous la pression de plusieurs forces, toujours sous le regard de ses trois personnages.

Trois individus, plus que de réels personnages, servent d’ancrage au réalisateur, dans un Paris ensoleillé, à l’automne. Une étudiante étrangère, un jeune travailleur clandestin et un petit garçon, tous occupés à traverser la ville, à la contempler durant 24 heures et un rêve, dans la banalité de leurs déplacements quotidiens.

Les plans du film sont des restitutions de contemplations régies par le caractère heurté, dynamique de la ville. Sensitive, bien que restant dans une grammaire cinématographique narrative, la structure du film n’invite qu’à l’observation, un peu passive, des déplacements. Mais la luminosité de la ville, sa beauté, enregistrées depuis le métro, certains ponts, ou panoramas, sont (re)construits avec suffisamment d’instinct, ainsi que d’un certain dynamisme de la mise en scène permettant d’éviter l’ennui. Les personnages, tantôt cadrés en amorce des plans, tantôt face à une caméra plus proche des visages que des corps entiers, sont les relais de cet exercice de vision. La perte d’une lentille devient l’instant d’un imperceptible décalage du regard, le signe d’un trouble visuel autant que personnel d’un des personnages.

 

Ce que le cinéaste réussit le mieux, c’est à restituer l’intériorité de la solitude, cette extrême fragilité dans laquelle sont les êtres, rendant par là leur observation du monde ultra-sensible, leur perception des choses fragile et instable, mais forte. À ce titre, il recrée parfaitement l’expérience du métro parisien. Comment avec de la musique sur les oreilles, dans cet isolement délibéré, un des personnages ne peut éviter de subir les regards un peu gênants de ses voisins, et expérimente ce paradoxe de l’ultra promiscuité des transports en même temps qu’un isolement total.

Le rapprochement inaugural et final des personnages dans une nature fantasmée n’est pas vraiment intéressant, tant elle semble se trouver là pour clore un système plus que pour achever une histoire. À ce titre, et ce n’est pas anodin, le personnage féminin est celui dont on prend le plus de plaisir à suivre, car on lui devine une histoire, un passé. Un petit ami laissé au pays qui attend son retour, permet de mieux apprécier un présent fait de la peur des autres en même temps que d’une envie d’en découdre, de vivre dans Paris. Hormis chez elle, la perspective fictionnelle des trajectoires personnelles est constamment et volontairement mise de côté. Une caractérisation plus consistante aurait permis au film de dépasser ce statut d’essai visuel et sensitif pour se hisser vers un récit plus incarné, une appréhension de la ville véritablement affective.

La grande maîtrise de la mise en scène, l’agencement méticuleux de ces nombreux morceaux de Paris, frustrent d’autant plus qu’ils n’interagissent que rarement avec les affects des personnages, hormis dans cette extrême solitude que l’on perçoit douloureusement chez chacun des protagonistes. Les secrets derrière ces figures restent inconnus, et ce premier long métrage manque encore de récit pour pouvoir atteindre l’affect, à défaut  d’un certain pouvoir contemplatif.
 

Titre original : Rives

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 78 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.