Select Page

Mensch

Article écrit par

Décousu et mou, Mensch brosse le portrait d´un trentenaire paumé, délinquant au grand coeur. Décevant.

Sam n’est bon à rien, sinon à casser du coffre-fort. C’est en tout cas ce dont il est persuadé, bien que sa famille tente incessamment de le ramener dans le droit chemin, celui des hommes honnêtes et simples. A 35 ans et père célibataire, il mûrit et décide de participer à un dernier cambriolage, avant de devenir un homme digne, un mensch.

On voulait y croire. Un grand sujet, un réalisateur-acteur et une distribution rassemblant vieux de la vieille (Maurice Bénichou, Sami Frey), héros charismatique (Nicolas Cazalé) et second rôle inattendu (Anthony Delon) promettaient une histoire de rédemption teintée de tragédie familiale et de truanderie, des thèmes dont on connaît le potentiel dramatique.

Mais là où Francis Ford Coppola, James Gray ou Jacques Audiard se sont brillamment illustrés, Steve Suissa se perd. Comédien, issu du théâtre, le réalisateur de Mensch gâte son film par un propos télescopique qui suit de près ses personnages mais oublie de fait leurs vies intérieures. Fantômes sans motivations, aux affections possessives voire monomaniaques, les protagonistes plombent le film de leur psychologie trop succincte. Tristement, le seul sentiment suscité chez le spectateur l’est par l’agaçant Youval, brute mal dégrossie que l’on intègre bien volontiers dans le palmarès des personnages les plus irritants de l’histoire du cinéma.

Toujours maladroitement, le script tente parfois de remédier à ces lacunes par des pirouettes scénaristiques plus faciles et incohérentes les unes que les autres. La jalousie de Youval (encore lui), sa cocaïnomanie et son agressivité n’ont d’égal dans l’outrancier et le n’importe quoi que la facilité avec laquelle l’histoire fait l’impasse des mobiles qui animent le personnage principal. On aura beau y réfléchir encore et encore, on ne comprend pas. Pourquoi doute t-il tant ? Pourquoi et comment est-il devenu un casseur de coffres hors pair ? Pourquoi n’est-il pas un « mensch », comme tous les hommes du clan Hazak?

Le seul élément de réponse plausible est la figure du père, dont l’absence et la méconnaissance privent Sam d’un repère moral immédiat et auquel se substituent le grand-père et l’oncle tandis que la femme, mère pathétique ou amante exigeante, est reléguée au second plan. Mais sans cette clé de voûte suffisamment bien construite et exploitée, le film s’écroule.

Malgré ses acteurs – globalement tous très bons – et le charme d’un Paris populaire, 1h27 de film et des idées passionnantes n’auront donné lieu qu’à une réflexion superficielle sur l’identité, la dignité, les rapports père-fils. Dommage.

Titre original : Mensch

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 87 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.