Select Page

M le Maudit

Article écrit par

Ressortie en version restaurée du classique de Fritz Lang.

Dès les premiers instants d’M le Maudit (M), la tension s’installe pour ne plus jamais quitter le film. Fritz Lang instaure un climat d’inquiétude permanente à travers le jeu sur les décors, les dialogues (certaines répliques sont devenues célèbre : « Du hast aber einen schönen Ball » – "tu as là un beau ballon"), le jeu des acteurs (emphatique et participant à la lente descente aux enfers à laquelle nous convie le metteur en scène), et surtout des mouvements de caméra et une mise en scène expressionnistes, par exemple une assiette vide et un ballon abandonné qui suggèrent le meurtre de la petite fille.

Les plans s’enchaînent relativement lentement et les mouvements de caméra ne sont pas particulièrement rapides. Tout se passe comme si un air de fatalité planait sur le film, comme si tout était écrit d’avance. Souvent aussi, le procédé de la voix off parvient à instaurer une intensité saisissante : les personnages parlent mais la caméra quitte la scène pour nous montrer des images qui illustrent leurs propos.

Le film adopte, dans sa seconde partie, un ton plus ancré dans la « réalité ». Lang nous montre la soudaine descente aux enfers d’une ville de quatre millions d’habitants terrorisée par un seul tueur. La terreur s’empare de tous les esprits, les gens n’osant plus sortir, suspectant leur propre voisin d’être le tueur. Le moindre bruit, la moindre parole, la moindre rumeur sont amplifiés. Tout n’est que déraison et paranoïa. La police s’en mêle, mais son incapacité à résoudre l’énigme du tueur ne fait que davantage susciter la peur des gens. Un cercle vicieux est enclenché, si bien que la mafia intervient car ses affaires sont menacées (les rues regorgent de policiers) – cette dernière se montrera d’ailleurs bien plus efficace que la police.

Vient ensuite LA séquence d’M le maudit. Le meurtrier a été découvert, il est maintenant jugé devant la population des bas-fonds de la ville. Seul devant les gens même à qui il a inspiré tant de terreur et qui tous veulent sa mort, son plaidoyer est saisissant. Il explique ce qui le pousse à tuer, racontant comment une force occulte s’empare de sa personnalité et soumet sa raison. Finalement, cette séquence finale n’est rien d’autre qu’un duel entre deux forces occultes : celle qui pousse le meurtrier à tuer, et celle qui a instauré la paranoïa dans les quartiers de la ville. Du début à la fin, on a l’impression qu’aucune explication rationnelle ne pourrait venir à bout du mystère qui plane sur cette sombre histoire, faisant de la société prise dans son ensemble une machine à tuer dont le fonctionnement dépasse les limites de l’entendement humain.
M est bel et bien un film phare. Il y a là des plans inoubliables qui prouvent que l’on peut suggérer l’horreur, manière d’une part bien plus subtile, d’autre part bien plus efficace que de montrer la violence dans toute sa crudité. Il n’est pas donné à tout le monde d’exceller dans cette discipline. C’est le cas de Fritz Lang.

Titre original : M, eine Stadt sucht einen Mörder

Réalisateur :

Acteurs : , , , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 118 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.