Select Page

Love Is All You Need

Article écrit par

Comédie romantique peu sûre d´elle-même par la réalisatrice de « Brothers ».

Susanne Bier est un cas à part du cinéma danois, douée mais écartelée entre ses envies de cinéma d’auteur et de divertissement. En 2011, elle remporte l’Oscar du meilleur film en langue étrangère et un Golden Globe pour Revenge, qui marque son retour à sa langue maternelle après Nos souvenirs brûlés (2007), mélo lourdingue tourné aux États-Unis avec Halle Berry et Benicio del Toro. Avant ça, elle avait mis en scène des drames intimistes, souvent remarqués par la critique mais rarement grands succès commerciaux : After the Wedding (2006) ou Brothers (2004), sortis après Open Hearts (2002), tourné selon les principes du Dogme de Lars von Trier et Thomas Vinterberg et qui l’avait fait connaître en France. Avec von Trier et Vinterberg justement, elle est l’une des trois représentants du cinéma danois à l’international, un cinéma qui se porte plutôt bien et s’exporte en salles aussi bien qu’en festivals. Son dernier film, Love Is All You Need Den skaldede frisør (littéralement « la coiffeuse chauve ») en V.O. – illustre bien le mélange d’auteurisme et d’entertainment qui la caractérise, et arrive treize ans après The One and Only (1999), plus gros succès au box office danois depuis vingt ans.

Love Is All You Need raconte la collision entre Philip (Pierce Brosnan), veuf britannique quinqua encore séduisant, resté au Danemark après la mort de sa femme, et Ida (Trine Dyrholm), coiffeuse danoise qui sort tout juste de chimio et que son mari quitte pour une secrétaire aussi jeune que pouffiasse. Philip a un fils, Patrick ; Ida une fille, Astrid : il se trouve que Patrick et Astrid se marient (trop vite, ils se connaissent depuis trois mois), et que Philip et Ida vont apprendre à se connaître au cours des noces, célébrées dans le sud de l’Italie, dans une grande maison délabrée dont Philip n’a jamais eu le cœur de se détacher. Au dernier festival de Toronto, Susanne Bier confiait au Hollywood Reporter que c’était son film « le plus controversé à ce jour ». « Je me suis dit : certaines personnes vont me tuer pour ce film. » C’est vrai, on ne l’attendait pas tellement dans ce mélange de Mamma Mia ! ((Phyllida Lloyd, 2008) à la sauce Festen (Thomas Vinterberg, 1998), qui pourrait ravir aussi bien les fans de Another Happy Day (Sam Levinson) que les amateurs de Nancy Meyers. Heureusement, Susanne Bier n’est pas Nancy Meyers, son film loin d’être inintéressant. Mais audacieux ?

 

 
 
Sur le site officiel danois du film, on peut lire en exergue de la page de présentation de la cinéaste : « Mon premier boulot en tant que réalisatrice est de ne pas faire un film ennuyeux. Je ne vois pas de conflit entre art et commerce, mais j’en vois un entre ennui et commerce ». La formule est honnête, et convient bien à la filmographie de Susanne Bier, qui avait jusque-là réussi l’alchimie de manière assez exemplaire, livrant une sorte de cinéma d’art et essai grand public (Brothers notamment, qui mêlait dilemmes sentimentaux et critique de la guerre en Afghanistan). Love Is All You Need, lui, prend bien soin de reprendre à la lettre tous les codes de la comédie romantique (le choc littéral du début, les personnages brisés qui reprennent goût à la vie, les actes manqués avant la rencontre inévitable) tout en gardant une volonté d’aller au-delà, d’offrir mieux qu’un simple divertissement. C’est son problème : si le film de Susanne Bier restait dans les clous, dans ce qu’il est à première vue (une rom-com transnationale aux accents d’oliviers et de couchers de soleil italiens), il s’apprécierait comme tel. Au lieu de quoi il reste tout du long coincé entre ses aspirations auteuristes et un déroulé convenu.

Il n’y a qu’à voir la scène du dîner de répétition, quand la belle-soeur de Philip, Benedikte (géniale Paprika Steen), coutumière des situations embarrassantes, entame un discours qui met tout le monde très mal à l’aise, détaillant les désordres alimentaires de sa fille et le béguin qu’elle a depuis toujours pour son beau-frère. La séquence aurait pu jeter le trouble ; elle s’arrête juste avant que le film ne devienne intéressant, soucieuse de ne trop froisser les consciences. On peut appuyer là où ça fait mal, mais pas faire trop mal. Idem quand la même belle-soeur déclare à Ida qu’elle adore ses cheveux. « C’est une perruque », répond-t-elle. Irruption du cancer, retour du drame au sein de la comédie, Benedikte éclate de rire : ce n’est ni très drôle, ni très irrévérencieux, juste un peu à côté. Love Is All You Need est comme ça, ni honteux ni désagréable à suivre, ménage des moments réussis de pure comédie. Mais donne l’étrange impression de ne pas savoir sur quel pied danser, comme si Susanne Bier n’avait pas osé y aller franc jeu, résultant en un film d’entre-deux pas du tout détestable mais finalement assez vain.

Titre original : Den skaldede frisor

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 115 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Yves

Yves

Un frigo qui parle dans sa cuisine, c’est pour très bientôt et Yves en tire toutes les conséquences pour la nouvelle Carte du Tendre.