Select Page

Les Mille et une nuits – Volume 1 : L’Inquiet

Article écrit par

Premier volet du nouveau film de Miguel Gomes après Tabou », «  »L´Inquiet » » tente de réenchanter un présent angoissé. »

Présenté cette année à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes, L’Inquiet est le premier volume des Mille et une nuits de Miguel Gomes, film-fleuve en trois parties dont les deux autres sortiront respectivement fin juillet et fin août 2015. Avec, pour ambition démesurée, de dire l’histoire récente du Portugal, englué entre 2013 et 2014 dans une crise économique au cours de laquelle la plupart des habitants du pays se sont considérablement appauvris. L’Inquiet, c’est bien sûr le peuple portugais ; c’est aussi Miguel Gomes lui-même qui, en début de “trilogie”, se filme en réalisateur démissionnaire qui prend littéralement ses jambes à son cou, n’arrivant pas à affronter l’idée de faire un film qui conserverait à la fois un principe d’histoires enchanteresses et un aspect documentaire pour dire la réalité d’un pays. “Comment peut-on faire un film d’intervention sociale quand on veut filmer des histoires merveilleuses ? Comment filmer des fables intemporelles quand on est engagé avec le présent ?”, se demande-t-il. A ce moment-là, Gomes est à Viana do Castelo, au nord du pays, où les travailleurs des chantiers navals, sur le point d’être licenciés, sont en train de manifester.

Cette histoire est vraie, comme toutes celles que Miguel Gomes a demandé de rapporter, sur plus d’un an, à une équipe de journalistes et reporters dépêchés aux quatre coins du pays. Tâche ardue qui n’offrait pas la possibilité d’un réel scénario : s’il y avait bien une structure, celle des contes racontés par Shéhérazade au “roi bienheureux”, il fallait encore sélectionner les récits à raconter. Dans ce premier volume, un exterminateur de guêpes croise des jeunes vierges de Bagdad ; les membres de la troïka sont des “hommes qui bandent” et se déplacent à dos de chameau ; un coq est jugé pour chanter trop fort la nuit ; un trio d’adolescents s’aime à coup d’incendies criminels ; et trois chômeurs, que Gomes qualifie de “magnifiques”, évoquent leur parcours avant de s’offrir un bain de mer glacée à l’occasion de la nouvelle année. L’ensemble est extrêmement foisonnant, et il fallait effectivement une certaine folie pour se lancer à l’assaut d’un projet si ambitieux, qui croit aussi fort à l’urgence du réel – à quoi rêvent encore les Portugais ? – qu’à la fiction la plus débridée, dans un mélange des genres dont on ne voit pas d’équivalent dans le cinéma contemporain, où une séquence de manifestation filmée depuis le coeur de la foule cède le pas à l’explosion, en plan large, d’une baleine bleue.
`

Moins directement séduisant peut-être que Tabou (2012), le précédent film de Gomes, ce premier volume des Mille et une nuits est moins lyrique, plus frappé du sceau de l’incertitude : le cinéaste le dit d’ailleurs au début, “on ne fait plus du cinéma au Portugal comme on le faisait avant la crise”. Il y a pour lui, aujourd’hui, un certain malaise à faire quelque chose d’aussi “trivial” alors que les chômeurs s’inscrivent par centaines aux banques d’aide alimentaire. L’Inquiet n’est pourtant pas le moins du monde militant : s’il place les histoires des Portugais au centre, ce n’est pas pour en faire un état des lieux misérabilistes (ainsi, le film est à peu près l’exact opposé de La Loi du Marché (Stéphane Brizé, 2015) mais bien pour tenter de leur redonner une capacité d’enchantement. Gomes affiche, comme c’est le cas depuis son premier film La gueule que tu mérites (2004), une croyance infinie en le cinéma, et ce premier volume est bien mieux qu’un film d’installation : il est la promesse d’un film-monde, qui pourrait prendre toute une vie à raconter des histoires qu’on ne s’en lasserait pas.

Titre original : Les mille et une nuits - L'Inquiet

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 125 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.