Select Page

Le Prince de Hombourg

Article écrit par

Première sortie en salles du film somnambule tourné par Marco Bellochio en 1997

Heinrich von Kleist est certainement un nom plus connu parmi les littéraires ou les théâtreux que chez les cinéphiles mais c’est pourtant lui qui a écrit La Marquise d’O adapté par Eric Rohmer (1976), lui encore qui a signé Michael Kohlhass porté à l’écran par Arnaud des Pallières (2013), lui toujours dont on découvre les derniers jours dans Amour fou sorti cette année (Jessica Hausner). Diagnostiqué comme étant atteint de « mélancolie morbide » et amoureux d’Adolfine Henriette qu’il tuera avant de se tirer une balle dans la tête, Kleist est à l’instar de son dernier héros, le Prince de Hombourg (son ultime pièce), un véritable romantique, au sens littéraire du terme, écartelé entre sa sensibilité personnelle, sa vérité et la réalité du monde qui l’entoure. Il ressemble en cela à d’autres héros de la filmographie du réalisateur italien Marco Bellochio ; telle Ida Dalser en lutte contre le pouvoir pour faire reconnaître l’existence de son fils dans Vincere (2009) ou comme Chiara enfermée dans son idéal révolutionnaire jusqu’à tourner le dos au monde réel dans Buongiorno Notte (2003).

Projeté tout d’abord en compétition officielle au festival de Cannes en 1997, Le Prince de Hombourg sort pour la première fois cette semaine au cinéma.
Frédéric, prince de Hombourg, est le jeune et impétueux commandant de la cavalerie du Brandebourg pendant la guerre de Hollande menée contre les Suédois, plus amené à suivre ses intuitions que les consignes de l’état-major. Troublé par la vision prégnante du gant de Natalia, nièce de l’Electeur, tombé par hasard ou pour lui, et trouvé la veille lors d’un épisode somnambulique, il n’écoute qu’à moitié les recommandations des vieux militaires pour la bataille à venir. Et ne les appliquera pas. Sorti victorieux du combat grâce à son acte de désobéissance mais coupable de mutinerie, le Prince est condamné à mort par un tribunal militaire réuni par l’Electeur.

 

 

Frédéric a le regard fiévreux du héros romantique qui cherche à voir par-delà les apparences ; né sous le signe de la lune qui lui envoie ses rêves et accompagne ses errances de somnambule, il est guidé par ses passions, fussent-elles funestes, et ses visions qui font parfois de lui un augure. Il voit que Natalia tombe amoureuse de lui et les voilà fiancés, il se voit couronné de lauriers et le voici victorieux. Mais ces visions font aussi de lui un incompris dont les fantaisies et les aspirations sont en inadéquation voire en opposition avec le monde réel et la loi autoritaire (incarnée par le tribunal et la famille) qui condamne sa conduite de la peine capitale. De fait, il pourrait reprendre à son compte les mots écrits par son créateur : « J’ai envie de suivre mon cœur là où il m’entraîne, sans plus tenir compte de rien, sinon de ma propre satisfaction intérieure. J’ai été trop dominé jusqu’à présent par le jugement des hommes ».

Une envie pour ainsi dire utopique. Le prince refuse d’obéir, décide de suivre une intuition, est condamné à mort, refuse de mourir puis accepte la sentence. Pendant tout ce temps passé au gré de ses revirements, il pense être maître de ses décisions et de sa destinée, seulement il n’en est rien. Natalia veut le sauver par égoïsme sans écouter les raisons et les sentiments qui motivent ses choix, son oncle veut le punir de ne pas être mort en héros sur le champ de bataille, ce qui l’aurait disculpé aux yeux de tous. Frédéric n’est en réalité qu’une marionnette évoluant dans un théâtre d’ombres, un soldat de plomb qu’avance l’Electeur à sa guise. Il croit avancer les yeux ouverts mais ses yeux sont en fait bandés. Soumis à des accès de somnambulisme, il ne semble jamais totalement éveillé, à l’image du film lui-même qui se déroule quasi exclusivement de nuit dans une ambiance onirique ; où visions et réalité s’entremêlent comme cohabitent classicisme et expressionnisme dans les décors.
Les derniers mots du film résument à eux seuls l’esthétique du Prince de Hombourg : « Est-ce un rêve ? / Un rêve, quoi d’autre ? »  

Titre original : Il Principe di Homburg

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Famille

La Famille

Dans « La Famille », Ettore Scola déroule sur huit décennies le présent et le futur à la dérive d’une dynastie familiale de la bourgeoise patricienne de Rome. Un fleuve au long cours ininterrompu de mornes existences, seulement agité par les vagues successives de la nostalgie. En version restaurée.

La Maison de la mort

La Maison de la mort

« The Old Dark House » est un film d’épouvante qui démythifie avec bonheur les codes d’ordinaire attachés à une veine réputée intarissable . Cette comédie des manières teintée d’un humour noir « so british » vient pimenter un canevas de « maison hantée » qui grince de toutes parts. Subversivement détonnant dans le panthéon des classiques du genre. En version restaurée 4K.

Scary Stories

Scary Stories

Un film d’horreur plus profond qu’il n’y paraît sous ses oripeaux convenus. Un supplément d’âme qui doit beaucoup à Guillermo Del Toro, producteur et co-scénariste du film.