Select Page

Le Dos rouge

Article écrit par

Sublime réflexion sur l’art, la peinture en particulier et le cinéma en général.

Les films sur la peinture et les musées, on l’a vu tout récemment (Mr Turner ; Le grand musée ; Shirley, Visions of Reality), ont le vent en poupe. Celui d’Antoine Barraud propose une vision différente et plus métaphorique en s’appuyant sur Bertrand Bonello – son cinéma et son personnage. Voici ici l’acteur-cinéaste entouré de belles femmes, à commencer par Jeanne Balibar et Géraldine Pailhas dans un duo de sœurs jumelles plus proche de Vertigo (1958) que des Demoiselles de Rochefort. Le Dos rouge, réalisé un peu en roue libre sur plusieurs années, sait où il va, même si plusieurs directions peuvent être facilement envisagées. 
Antoine Barraud part du postulat qu’il est très difficile de filmer la peinture, et se souvient de la longue lettre qu’il avait écrite à Bertrand Bonello pour lui dire combien il avait aimé, en 2008, son film De la guerre. A noter qu’Antoine Barraud avait déjà filmé le réalisateur japonais Kohei Oguri pour La forêt des songes (2010) et Kenneth Anger dans un court métrage, River of Anger (2008). Hésitant entre le documentaire et la fiction, il finira au cours du tournage par basculer dans la fiction en permettant à Bertrand Bonello de dévoiler ses talents d’acteur, et aussi de réaliser pour le film ses « films fantômes » – tels que La mort de Laurie Markovich, Madeleine d’entre les morts ou American Music – qui avaient été évoqués au cours de l’hommage que le centre Pompidou lui a récemment rendu.

 

 

 
Véritable mise en abyme du célèbre du Vertigo d’Hitchcock, que Bonello adore, Le Dos rouge est entre autres un hommage appuyé à la célèbre scène dans laquelle le personnage interprété par Kim Novak contemple, assise, vue de dos avec le métonymique chignon en spirale en premier plan, le portrait de Carlotta Valdes, son double cinématographique. Bertrand Bonello est ici bouleversé par le thème du double, comme si on ne pouvait être mieux aimé qu’en étant autre. Ici, l’art surréel ouvre la porte de l’inconscient. « Ce qui me bouleverse, déclare Bertrand Bonello dans le dossier de presse du film, c’est à quel point l’héroïne du film n’est aimée que quand elle est quelqu’un d’autre. J’aime le côté tragique de son destin. Le film est dingue, parfait. »

Il ne faut pas s’y méprendre, Le Dos rouge n’est pas un énième film référentiel sur l’art pictural et les musées – même s’il nous permet de découvrir plusieurs tableaux plus ou moins connus, avec le comédien qui souvent improvise devant la toile, comme cette belle remarque que le réalisateur certifie être de Jeanne Balibar herself devant une toile de Miro : « Le Catalan international me laisse assez de marbre ». Ayant constaté que les gens au musée passent en moyenne 20 secondes devant chaque tableau, et ayant surmonté sa phobie des beaux quartiers puisqu’il habite la Goutte d’Or et sa méfiance devant la couleur blanche de la capitale, Antoine Barraud est entré dans les musées, notamment le magnifique atelier de Gustave Moreau dans le IXe arrondissement, mais nous fait voir aussi des toiles plein cadre, ou des détails de Chasseriau ou Caravage, pour terminer sur l’autoportrait intrigant et horrible de Leon Spilliaert qui conclut ce film sur la recherche du monstre.

L’art sera monstrueux ou ne sera pas : telle semble être la devise du film, qui propose des énigmes mais se garde de donner la moindre clé. Tant mieux, on ne saura jamais qui est cette mère off dévorante qui raconte la vie du personnage, ni d’où vient cette énorme tache rouge qui dévore le dos de Bonello « comme si un monstre s’était posé sur lui pendant la nuit et avait laissé une trace », et donne son titre au film. Tout comme on ne saura jamais pourquoi donner un rôle dans Prométhée enchaîné d’Eschyle à la femme du personnage, comme s’il s’agissait de périr dans les flammes du savoir. Tout ceci a un côté bien ésotérique, voire alchimistique, mais bienvenu et jouissif, servi par un casting de femmes sublimes : Jeanne Balibar, Géraldine Pailhas, Joana Preiss, Nathalie Boutefeu (la « Gena Rowlands » d’Antoine Barraud, désopilante en costume de souris !), Valérie Dréville, Marta Hoskins, Isild Le Besco et la voix off de Charlotte Rampling. « J’ai l’impression, déclare le réalisateur, d’avoir toujours voulu faire du cinéma pour filmer les femmes. » Et les œuvres d’art pourrait-on ajouter, ainsi qu’un cinéaste de talent. Eh bien c’est fait, et bien fait !

Titre original : Le Dos Rouge

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 127 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Chronique d’un amour

Chronique d’un amour

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet. Premier long métrage de fiction de Michelangelo Antonioni, « Chronique d’un amour » renaît littéralement de ses cendres tel le phénix ; le négatif original ayant été détruit dans un incendie. Film mythique et embryonnaire, il amorce le thème essentiel de la
geste antonionienne : l’ennui engendré par l’inaptitude au bonheur. En version restaurée.

Le Désert rouge

Le Désert rouge

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet. Avec “Le désert rouge”, Michelangelo Antonioni décrit le symptôme d’un monde en mutation à travers l’aliénation de Giuliana, femme au bord de la crise de nerfs, qui ne l’appréhende plus que par le prisme des couleurs d’une névrose compulsive autant qu’obsessionnelle. Un premier opus en couleurs superbement remasterisées dans sa version restaurée 4K.

Bandits à Orgosolo

Bandits à Orgosolo

S’il est un chef d’œuvre à découvrir promptement, c’est bien « Bandits à Orgosolo » honoré en 1961 du prix de la meilleure première œuvre à la Mostra de Venise. Oeuvre circonstancielle, directe, poignante, tournée avec des non-acteurs dans leur propre rôle de composition de bergers mutiques. Western sarde, le film dégage cette authenticité palpable et palpitante
qui ne tombe jamais dans le mélo sentimental ou compassionnel. Distribué par Carlotta en version restaurée…