Select Page

Le Chantage

Article écrit par

Une série B d´une gigantesque vacuité, prétentieuse, incohérente et surtout surréaliste. Il faut le voir pour le croire. Ou pas !

Depuis qu’il a quitté le smoking de James Bond, Pierce Brosnan semble se réjouir à investir des rôles de crapules, d’hommes sans scrupules à la barbe naissante. Ce petit jeu de massacre rétrospectivement assez jouissif ne doit sans doute réjouir que lui : les films où il apparaît désormais passent beaucoup plus inaperçus que ses aventures bondiennes.

Et Le Chantage ne risque pas de changer la donne. A vrai dire, le film ressemble à s’y méprendre, dès les premières notes de sa musique standardisée, à un téléfilm « Hollywood night », sans le manque de moyens, et avec des stars en « pilotage automatique ». Il s’agit donc d’un thriller moralisateur de plus, dans la veine du désastreux Dérapage. Le récit met en scène un couple de bourgeois parfaitement caricatural, qui va se briser sous les coups d’un manipulateur implacable (Brosnan, donc). Ce maître-chanteur s’immisce littéralement dans leur vie lors d’une des scènes les plus involontairement hilarantes vues depuis longtemps.

S’ensuit une loghorrée de « péripéties » péniblement mises en scène, blindées d’artifices visuels (plans-séquences trafiqués, ralentis insistants) tentant de nous convaincre que toute cette histoire n’est qu’un gigantesque stratagème en trompe-l’œil.

Car oui, Le Chantage se veut être un film malin, en proposant non pas un, mais deux retournements de situation « impensables ». Pas question de dévoiler le pot aux roses, qui est toutefois représentatif de ce que cette série B finit par être : un navet prétentieux, incohérent et d’une gigantesque vacuité.

Titre original : Butterfly on a Wheel (Shattered)

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 98 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.