Select Page

La personne aux deux personnes

Article écrit par

Les créateurs de la série TV Le Bureau et scénaristes du film 99F du cinéaste Jan Kounen passent à la réalisation sur grand écran. Malheureusement pas pour le bonheur de tous…

L’idée de départ peut sembler intéressante et originale. Gilles Gabriel (interprété par Alain Chabat), ex-star de la chanson, meurt dans un accident de voiture durant lequel il percute Jean-Christian Ranu (Daniel Auteuil), employé coincé d’une grande entreprise, en plein cœur de la Défense. Lors de ce terrible accident, un phénomène étrange se produit : l’âme de Gilles entre dans le corps de Jean-Christian. Cette cohabitation de deux êtres au sein d’un même corps n’est pas sans quelques petits désagréments bien sûr. Mais elle mène également à de nombreuses scènes cocasses. En effet, comment trouver le sommeil quand l’autre qui occupe la même tête que vous ne veut pas dormir ? Comment trouver un brin d’intimité lorsqu’il vous est impossible de vous retrouver totalement seul, même aux toilettes ?

Les premiers effets comiques sont réussis et font sourire. Malheureusement, le charme se rompt très vite. Le film plonge alors dans une suite de circonstances pas vraiment drôles. Le scénario n’a finalement rien de très original et ne déborde pas vraiment de surprises. Les personnages, quant à eux, tombent de plus en plus dans la caricature, au fur et à mesure que le film se déroule. Un ex-chanteur, quelque peu ringard, mais qui adore s’éclater, rencontre un comptable quelque peu looser, dont la vie est réglée minute après minute et qui ne s’éclate pas vraiment dans sa vie. Vous devinez la suite…et la fin.

Deux personnes dans une seule et même personne ? Un pari fou peut-être, mais plutôt raté.

Titre original : La Personne aux deux personnes

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 87 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.