I Love You Phillip Morris

Article écrit par

Oublions le cabotinage, la mièvrerie exacerbée et les rebondissements déjantés ; sous ses dehors de comédie excentrique et superficielle, « I love you Phillip Morris » est une illustration rafraîchissante de la passion amoureuse et des folies qui en résultent.

Depuis qu’il est gamin, Steven Russell (Jim Carrey) essaie d’être un type formidable:  mari et père attentif, flic consciencieux, et chrétien exemplaire, un accident de voiture lui fait prendre conscience de l’imposture qu’est sa vie. “I’m gonna be a fag” décide-t-il dans le coming out le plus exubérant de mémoire cinéphile. Finis donc les alibis et les coups tirés discrètement au motel du coin, Russell plaque tout et part s’installer en Floride où il peut vivre une vie de pacha et s’afficher aux bras d’éphèbes.

Mais entre deux montres en or, les arnaques à l’assurance s’enchaînent et l’emmènent bientôt en prison, où il ne tarde pas à rencontrer le charmant Phillip Morris (Ewan McGregor). Dès lors fou d’amour, Russell se plie en quatre pour offrir une véritable lune de miel carcérale à celui qu’il considère désormais comme l’homme de sa vie. Aucun poncif romantique n’est alors épargné, de la danse nocturne au film romantique regardé blotti dans les bras de son amoureux.

Et c’est là l’un des attraits majeurs du film : s’engouffrer dans les clichés et l’assumer ; jouer avec les paradoxes, mais pas avec ceux que l’on croit. Ce qui est curieux dans I Love you Philip Morris, ce n’est pas la passion gay – le sexe est d’ailleurs essentiellement verbal – mais l’environnement pénitentiaire qui lui fait cadre et surtout le jusqu’au-boutisme de Steven. Excessif en tout, Steven Russell n’en a pas moins une personnalité complexe et sombre si bien qu’on ne sait trop qu’en penser. S’il abuse de la confiance de tout le monde – y compris Phillip – trompe et ment avec un plaisir manifeste, on ne peut s’empêcher d’admirer sa faconde et son audace (d’autant plus qu’il s’agit d’une histoire vraie) et on l’excuserait bien volontiers au nom de l’amour.

John Requa et Glen Ficarra ont l’intelligence et la malice de ne pas nous livrer toutes les clés de ce drôle de personnage enflammé et risque-tout. Il fallait bien la vivacité débordante et l’implication totale d’un Jim Carrey pour incarner ce type aux actions condamnables mais aux motivations louables. Face à lui, Ewan McGregor propose un Phillip blond et naïf tout en regards énamourés. On ne peut que saluer la sincérité de chacun, et l’ambition universaliste de ses auteurs, sans laquelle le film aurait sombré dans les tréfonds de la vulgarité.

Titre original : I Love You Phillip Morris

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 96 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).