For Ellen

Article écrit par

Languissant, parfois poseur, ce drame intimiste vaut surtout pour ses interprètes.

Figure du cinéma indépendant américain, connue notamment pour Treeless Mountain (2008), So Yong Kim signe avec For Ellen son troisième long métrage, dont elle est à la fois réalisatrice, scénariste, monteuse et productrice. Ce drame intimiste s’avère être une œuvre attachante et imparfaite, dont le rythme laisse souvent à désirer mais dont le parfum âpre, subtil reste en mémoire.

Paul Dano porte le film sur ses épaules. Il n’y a guère de plans que son regard noir et désemparé n’investisse. Le spectateur en arrive presque à oublier les interprétations qui l’ont fait connaître, toutes fiévreuses et truculentes, souvent nimbées de grotesque, que ce soit dans Little Miss Sunshine (2006) ou There Will Be Blood (2007). Ici, Dano joue un rôle également borderline, celui d’une jeune star du rock dont la vie personnelle est bouleversée par un divorce imminent. Des causes exactes de la séparation, le spectateur ne saura rien. C’est tout juste si l’on aperçoit l’ex-épouse, rancunière et décidée, qui a pris l’initiative de la rupture. Après avoir enchaîné les scènes mutiques autour du visage de Paul Dano, le film quitte ses faux airs de road movie pour graviter autour de la relation entre le musicien et sa fille de six ans, Ellen. Tous deux ne se sont pratiquement jamais vus ; sans doute se recroiseront-ils à peine dans l’avenir, car Ellen restera sous la garde de sa mère. C’est donc sous des auspices déchirants, propices au mélodrame, que s’annoncent les deux modestes heures consenties au père pour enfin passer un peu de temps avec sa fille.

 

Toutefois, For Ellen ne cède à aucune facilité lacrymale. Le ton est sec, presque froid, et la bande musicale minimale, si ce n’est quelques plages dissonantes enrobant des moments d’angoisse ou de solitude. Le film semble ainsi céder à une langueur morose, comme en écho à son arrière-fond de banale province américaine ensevelie sous la neige. Des plans grisâtres ou crépusculaires ponctuent le récit comme des rimes, mais sans faire sens pour autant : le film n’établit aucune correspondance poétique entre ces digressions paysagères et son récit intimiste, se contentant de juxtaposer paresseusement les images. De manière générale, la mise en scène évite les effets et se veut aussi transparente que possible, au risque de la banalité. Quant à l’idée a priori intéressante de cantonner le récit à un pur présent, asséné sans élément de contexte ni flash-back, elle apparaît comme un choix ambivalent, tant les lacunes narratives évoquent plus une vaine expérimentation scénaristique qu’un réel désir de stimuler l’imagination du spectateur.

Certaines séquences fonctionnent néanmoins. Les face-à-face intimistes sont rehaussés par un art assez habile du contrechamp et du hors-champ. Avec empathie, le regard de la caméra croise celui des protagonistes, dont les interactions sont filmées avec une très belle délicatesse, surtout lorsqu’elles sont ténues, incertaines, et que les mots manquent. Outre Paul Dano, on ne peut que saluer les interprètes de l’avocat – un peu niais mais touchant – et surtout de la petite fille, jeune actrice du nom de Shaylena Mandigo, impressionnante de maturité. Voilà qui sauve en partie For Ellen de la banalité où il a tendance à s’embourber. Si une mise en scène inspirée avait porté la sensibilité à fleur de peau qu’on devine derrière la caméra, on aurait tenu là un très beau film, au lieu de cet exercice compassé, inégal, manifestement formaté pour les festivals.
 

Titre original : For Ellen

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 93 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).