Select Page

Eyes find eyes

Article écrit par

Un premier film expérimental plutôt séduisant, non exempt de défauts cependant.

Difficile de se positionner, à la vision d’Eyes find eyes. Au sens où, au suivi distrait d’une intrigue assez minimaliste, s’allie l’attention constante à une utilisation très audacieuse de la caméra numérique, conférant à l’entièreté du film un véritable corps, une indéniable matière. Le premier long métrage de Jean-Manuel Fernandez et Sean Price Williams, produit par l’audacieux Paulo Branco, est avant tout un lieu de pure expérimentation, à la distribution en salle d’autant plus pertinente qu’elle n’est au fond que l’une de ses directions possibles. Parmi tous les films sortant cette semaine, combien, dans leur structure même, semblent aussi adaptés au grand écran qu’à une diffusion plus underground sur le net, se nourrir en premier lieu de la simple joie de leur concrétisation ? Peu en tout cas à la manière sauvage du présent Eyes find eyes.

Cette fougue, cette apparente liberté suffisent-elles à en faire un grand film ? Non bien sûr, les défauts n’y manquant pas, notamment ce choix trop manifeste de ne pas trancher entre sérieux et facétie, premier degré de la fiction (un homme doit remettre une toile du Caravage à des malfrats new-yorkais) et de la réalisation (grande sensualité du filmage, captant aussi bien une attraction sexuelle que le geste de peindre) et ironie plus ou moins lisible (raccord sur le héros dans sa chambre, la main dans le caleçon, après qu’il a dîné avec une jeune fille sans conclure ; le même parlant affaires au téléphone tandis qu’on le devine en pleine grosse commission…). Ce déséquilibre empêche hélas de totalement se laisser embarquer dans un film où peuvent être décelés par moment une possible influence ferrarienne (mouvance New Rose Hôtel) ou de palmienne (tendance Femme fatale), sans qu’il soit certain de ne pas faire fausse route dans cette quête obstinée d’ascendance.

Cette œuvre bien étrange parvient à séduire avant tout par ses propres moyens, notamment par une constante bifurcation entre réalisme, enregistrement nu d’une certaine ambiance parisienne ou new-yorkaise et aspirations picturales. La peinture est son sujet, le moteur parfois très faible de son scénario de film noir lo-fi, mais c’est surtout en tant qu’horizon esthétique qu’elle marque Eyes find eyes. Le film aspire volontiers au chromatisme, au contraste, sinon à la confusion des matières (une couche de peinture vaut une giclée de sang, un travelling filé dessine une atmosphère tel un coup de pinceau). Ces changements d’humeur sont à la fois une identité et un vrai danger, fragilisant chaque plan, chaque scène, soumettant sans cesse le film au risque de la pose arty. Mais c’est précisément de cette insécurité que résulte la réelle grâce audiovisuelle d’Eyes find eyes, drôle de chose, d’évidence très heureuse de trouver sa place sur grand écran, mais toute disposée malgré tout à aller se faire voir ailleurs. Œil pour œil…

Titre original : Eyes find eyes

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 82 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.