Select Page

Ettore Scola

Article écrit par

A l´occasion de la ressortie en salle de << La Terrasse >>, ce Coin du cinéphile est consacré à Ettore Scola.

Ettore Scola est une synthèse idéale de tous les grands réalisateurs de comédie italienne. On retrouve chez lui la sensibilité d’un De Sica, l’élégance d’un Germi, le cynisme d’un Risi ou encore la férocité sociale de Comencini (L’Argent de la vieille pouvant être rapproché d’un Affreux, sales et méchants) ou du Monicelli des débuts. Scénariste à l’origine, il aura travaillé avec la plupart de ses artistes, s’imprégnant de leur style tout en sympathisant avec les stars comme Vittorio Gassman ou Nino Manfredi.

Nous allons d’ailleurs voir à travers les films traités que son registre était bien plus large que la simple comedia all’italiana. Les thèmes peuvent être typiques de la société italienne passée comme contemporaine avec Parlons femmes, Nous nous sommes tant aimés ou Une journée particulière. Il peut également aborder des questions plus universelle comme le post-colonialisme dans Nos héros réussiront-ils à retrouver leur ami mystérieusement disparu en Afrique ? ou la monstruosité engendrée par le dénuement dans le grinçant et glaçant Affreux, sales et méchants. Nous nous pencherons également sur des œuvres plus tardives mais tout aussi intéressantes avec Le Bal.

Bonne lecture pour ce dernier Coin du cinéphile de la saison. Oliver Stone devrait être à l’honneur à l’occasion de la sortie de Wall Street 2. D’ici là, bonnes vacances !


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Les Invisibles

Les Invisibles

Entre rires et larmes, le film de Louis-Julien Petit « Les Invisibles », nous fait un joli cadeau : celui de montrer que résilience balaie d’un revers tous nos clichés sur la précarité.

Asako I&II

Asako I&II

A l’image des protagonistes qui ne trouvent pas d’issue à leur histoire, nous non plus on ne trouve pas d’issue à ce film qui ne semble finalement pas abouti et qui prend de fausses allures de téléfilm.

Border

Border

Un conte moderne cruel qui revisite brillamment la figure onirique du monstre sur fond de tolérance et de recherche identitaire