Select Page

Eloge de la diversité

Article écrit par

Après plusieurs semaines chargées en deuils et adieux pour le cinéma français, les sorties de ce mercredi permettent de revenir au présent avec une armada de productions hexagonales typiques de l´éclatement et de la bonne santé (?) de notre système.

Après un Indigènes plus plébiscité pour ses intentions et le capital sympathie de son casting que pour ses réelles qualités cinématographiques, Rachid Bouchareb a fort à prouver avec sa grande fresque Hors-la-loi (ce sera également l’occasion de vérifier si la polémique politico-médiatique était justifiée). A cette grosse production française répondent trois projets différents : l’exercice de style de Homme au bain par l’inégal Christophe Honoré, une tentative de thriller teenage avec Simon Werner a disparu... et la divine fantaisie d’Otar Iosseliani dans Chantrapas.

Défendant chacun leurs paroisses, les professionnels du métier se plaignent souvent pour les uns de l’omnipotence des chaînes de télévision finançant essentiellement les grosses machines, quand les chantres d’un cinéma plus grand public dénoncent la politique du CNC, donnant uniquement son aval aux œuvres auteurisantes cafardeuses. La vérité se situe sans doute entre les deux, symbolisée par la programmation française de cette semaine (dans laquelle nous rangeons également les rééditions dvd de Jacques Demy).

Cette diversité de productions, on la retrouve également dans la distribution. Le cliché d’une habituelle « invasion américaine » dans les salles est ici  largement contredit. La diversité des genres, nationalités et thématiques des films de la semaine est assez remarquable : européen avec le référentiel et expérimental Double Take du belge Johan Grimonprez et le diptyque Milk/Miel à travers lequel Aliénor Ballangé poursuit son étude du cinéma turc, feuilleton de l’été en ces lieux. N’oublions pas également le réussi Amore, symbole de la bonne santé récente du cinéma italien. Même si l’hétéroclisme des sorties est souvent le lot de la capitale, nous pouvons nous réjouir d’un éventail de sorties parmi les plus diversifiées au monde, pour preuve encore, la sortie prochaine du film Tchadien Un homme qui crie.

Plutôt que de se cloisonner dans les écoles, courants de pensée et tendances, c’est donc vers cette diversité que tend notre démarche, laissant s’exprimer les goûts et sensibilités diverses au service d’un même art. La multiplicité unique qu’offre notre système, mettons-la à profit pour défendre la qualité et le plaisir procurés par nos coups de cœur (sans oublier cette semaine le fascinant Songe de la lumière et La Religieuse portugaise, édité en dvd) plutôt que de pointer les défauts d’une segmentation qui constitue en fait un vrai atout.


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

ADN

ADN

Le cinquième long-métrage de Maïwenn, se voulant généreux et sans frontières, nous montre les ficelles d’un cinéma narcissique, arrivé à épuisement de son style, qui se cantonne au degré zéro du réel. S’il tente de nous dire que chacun est le fruit d’une histoire, on se retrouve pourtant englué dans un présent où les dialogues et les corps n’ont aucun sens.

L’Avventura

L’Avventura

Avec ses tableaux panoramiques délavés par les embruns, L’Avventura reflète l’âpreté de la relation amoureuse entre homme et femme dans une comédie moderne des faux-semblants. Le film se revoit comme la déambulation contrariée de Claudia, muse antonionienne, déroulant un fil d’Ariane sans issue véritable dans l’écheveau des subjectivités. Plus troublant que jamais en version restaurée.

Manhunter

Manhunter

La ressortie d’un classique du répertoire hollywoodien, avec ce thriller de Michael Mann, est un voyage nostalgique et immersif dans les années 1980