Select Page

Elena

Article écrit par

Les élections à peine terminées en Russie, Elena sort sur les écrans avec toute la force et l´intensité d´une réalisation moscovite au sommet de son art : entre force et faiblesse, richesse et pauvreté. Un film social, puissant, émouvant.

Après Le Retour en 2003 et Le Bannissement en 2008, Andreï Zviaguintsev continue d’explorer les travers de la famille en Russie. Elena est une immersion au sein d’un couple, la soixantaine, que tout oppose. La santé, l’argent, la personnalité. Elena et Vladimir s’aiment mais d’un amour déchu, sans intensité et ancré dans la banalité du quotidien. Ils ont chacun de leur côté un enfant, un fils pour Elena, miséreux et père, une fille pour Vladimir, une bombe slave fille à papa. Quand Vladimir tombe malade et qu’il sent sa mort proche, la vie d’Elena bascule. Il n’est pas prêt à lui léguer sa fortune, bien décidé à en faire profiter sa fille chérie. Ayant donné sa vie, sa patience et sa gentillesse à son riche mari, Elena veut au moins en tirer profit et pouvoir subvenir aux besoins de son fils…

Andreï Zviaguintsev

La réputation d’Andreï Zviaguintsev n’est plus à faire. C’est un maître des plans fixes, larges, d’une langueur exquise – un record de six minutes sans coupure dans Elena. Le réalisateur moscovite prend divinement le temps de s’approprier les choses, les objets, les moments et les émotions afin de les transmettre avec un style bien particulier. Sa touche : une certaine mélancolie dans l’image, grisée, triste, réelle. Il pose à travers le quotidien las de ce couple un regard à la fois précis et distant sur cette déchéance affective, émotionnelle et humaine.

Prix du Jury dans la catégorie Un Certain Regard à Cannes l’année dernière, le film décortique l’humain, pousse le spectateur à se demander ce qu’il aurait fait dans cette situation, peu importe sa nationalité. Dans le rôle d’Elena, Nadezhda Markina excelle. Personnage central du film, elle est poignante, le regard intense, les émotions froides mais vives. On suit son histoire et son rapport à sa famille, dans la société, ses choix. Mais à aucun moment le jugement n’intervient, elle vit, elle agit et réagit.

Nadezhda Markina dans le rôle d’Elena

Avec facilité et intensité, le réalisateur moscovite arrive à s’inspirer du quotidien, du couple version slave, des difficultés sociales en Russie et dresse le portrait d’un pays et de ses vices. Une parfaite carte postale, terriblement bien contée, de la question de l’argent et du rapport à la famille dans un pays où tout est en pleine mutation, à commencer par les mentalités.

Titre original : Elena

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 109 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.