Select Page

Duelist (Hyeongsa)

Article écrit par

Lee Myung-Se, connu pour Sur la trace du Serpent, signe avec Duelist son second long métrage. Une déception, puisque son film est dénué du moindre intérêt scénaristique, laissant une large place à une plastique cruellement belle mais finalement trop plate pour plaire réellement. Le cinéaste signe une épopée esthétiquement magnifique, mais au goût profondément fade. […]

Lee Myung-Se, connu pour Sur la trace du Serpent, signe avec Duelist son second long métrage. Une déception, puisque son film est dénué du moindre intérêt scénaristique, laissant une large place à une plastique cruellement belle mais finalement trop plate pour plaire réellement. Le cinéaste signe une épopée esthétiquement magnifique, mais au goût profondément fade.

Les premières minutes sont d’une grâce ultime. Virtuosité du cadrage, photographie spectaculaire, chorégraphies orchestrées avec dynamisme. Pour un peu, on aurait l’impression de visionner un film de Zhang Yimou (on pensera à son magnifique Secret des Poignards Volants). Le début laisse présager d’un potentiel intéressant, comme en témoigne cette scène magnifique, dans laquelle la caméra est placée dans un couloir à moitié plongé dans l’obscurité. Hélas, les carences de Duelist apparaissent rapidement en plein jour.

A commencer par le scénario. Plat, sans saveur, vu et revu, bref dénué d’une véritable identité. C’est un peu là le reproche principal que l’on peut adresser à Duelist, il reprend exactement les éléments qui ont fait le succès des films de Yimou, Tsui Hark ou encore Ang Lee. Mais autant ces cinéastes savaient se servir de certains filons scénaristiques, autant Myung-Se ne parvient pas à dépasser le stade de la banalité déconcertante. Parce que ces faiblesses se doublent d’une mise en scène elle aussi de plus en plus prévisible et de moins en moins déroutante. Dès lors, on devine à l’avance les ressorts de l’intrigue et les scènes qui ponctuent un récit sans aucune surprise. Le cinéaste ne tente même pas de s’extraire du piège dans lequel il a lui-même sombré. L’impression d’excellence du début laisse peu à peu place au grotesque et au navrant. Dommage…

Une autre faiblesse flagrante du film concerne l’interprétation douloureuse des comédiens.
Un sur-jeu permanent, lourd, pathétique, manquant cruellement de caractère. Il faut tout de même avouer que les acteurs ne sont pas aidés par des dialogues pénibles – quand bien même le cinéma asiatique, souvent, privilégie les images ou les non-dits – et des scènes d’un ridicule presque étonnant. On pensera à cette scène, où l’acteur Ahn Sung-Ki dévale les escaliers sur les fesses après avoir raté une marche à cause de la neige, qui se veut drôle mais ne suscite pas même le sourire, et donc ne sert strictement à rien si ce n’est coller une étiquette de « série B » à un film qui n’en avait absolument pas besoin.

Un sentiment mitigé s’empare de nous après la vision de Duelist. Car le cinéma coréen est capable de produire des films forts, audacieux, imprégnés d’un « savoir-faire » national. Mais parfois, il en fait un tantinet trop dans sa tentative de dynamiser ses films et de s’exporter (La Princesse du désert viendra également à l’esprit, vague tentative de film de sabre à la coréenne sur fond de problèmes politiques). La faiblesse du cinéma coréen réside bien ici, car s’il n’hésite pas à s’affirmer et à s’émanciper, il cède aussi, à l’occasion, aux sirènes de la facilité et du « recopiage ». Dialectique difficile et douloureuse, qui se fait le symbole d’un pays en proie à la même question.

N’en demeure pas moins que Duelist est un film grand public qui revendique clairement sa visée divertissante. Mais on ne peut s’empêcher d’être triste en voyant le travail de ce réalisateur copiant assez abjectement d’autres cinéastes, qui eux avaient plus de qualité et de maîtrise cinématographique à faire valoir. La fin du film sonne comme une délivrance. Car une belle peinture n’est pas forcément intéressante…

Titre original : Hyeongsa

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 110 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Kanal / Ils aimaient la vie

Kanal / Ils aimaient la vie

« Kanal » ravive le spectre de la guerre. Avec cette odyssée humaine, Andrzej Wajda filme le « romantisme de l’horreur » dans la tourmente de l’insurrection de Varsovie et les convulsions de l’Histoire de la Pologne. Dantesque en version restaurée 4K distribuée par Malavida.

Les reines de la nuit

Les reines de la nuit

Un reportage télé qui ne parvient pas à singulariser ses personnages, et où l’esthétique camp des cabarets parisiens ne contamine pas la mise en scène, trop absente.

It must be heaven

It must be heaven

Un conte burlesque explorant l’identité, la nationalité et l’appartenance, dans lequel Elia Suleiman pose une question fondamentale : où peut-on se sentir « chez soi  » ?