14 kilomètres

Article écrit par

14 kilomètres… Un mur, immense, qui sépare le Nord et le Sud. 14 kilomètres… la distance qui sépare certains africains de leurs rêves. 14 kilomètres… au bout du voyage, l’espoir. Peut-être.

14 kilomètres… Avant la première image l’énigme est posée. Le doute plane et les suppositions vont bon train. La révélation alors ne sera que plus fracassante, que plus percutante. 14 kilomètres, c’est la distance qui sépare l’Afrique de l’Europe. Deux fois rien penseront certains ; un gouffre pour des millions d’africains qui rêvent d’échapper à la misère. Bouba (Adoum Moussa), Mukela (Illiassou Mahamadou Alzouma) et Violette (Aminata Kanta) sont jeunes. Jeunes et plein d’espoir. Ils croient en un avenir meilleur, sous le soleil européen. Un optimisme qui conduira ces trois compagnons d’ infortune à tenter l’inimaginable afin d’échapper au cauchemar de leur pays. C’est donc cet impossible périple que nous propose de suivre le réalisateur Gerardo Olivares. Une fiction qui se base sur des faits réels : car l’histoire de ce trio, des milliers d’africains l’ont déjà vécu. Les personnes qui meurent de soif dans le désert, celles qui tombent des camions et que l’on ne retrouve jamais… nulle légende urbaine dans ce récit. Il existe véritablement des êtres qui entament cette excursion longue de quelques mois, voire de plusieurs années. Et tout ceci sans garantie de succès. Car le pourcentage de ceux qui arrivent à rejoindre l’autre continent est particulièrement faible. Cruauté des éléments ; perfidie des hommes.

     

Des nuits les uns sur les autres succèdent aux nuits solitaires dans le Sahara. Le paradoxe réside dans cet isolement tragique qui naît au milieu d’une dizaine de leurs semblables. Entassés dans les couleurs de leurs drapées, sur un car, dans un bateau ; seuls dans la froideur jaunasse du désert aride et meurtrier, étouffant de n’être plus accompagnés, ne serait-ce qu’en pensée. Mais malgré la perte des forces, malgré l’abandon des faibles, une volonté farouche et presque surhumaine les pousse vers un horizon qu’ils ne pensaient pas accessible. Au-delà de cette nature hostile, l’enjeu des rencontres se fait l’écho d’une société occidentale peu avenante. Sur le chemin, les passeurs ne sont pas des transmetteurs. Ni même des alliés. Les billets sont leur unique moyen de communication, et l’empathie jamais à leur esprit n’a été présente. Vivant dans une tranquillité tronquée par des murs en bétons, ils fourvoient les autres autant qu’eux-mêmes. Une trahison assise sur un ersatz de pouvoir, signe d’une déchéance rendue encore plus cruelle devant la générosité des nomades du désert. Au milieu de ces paysages magnifiques, des familles vivent en harmonie avec ce que le Sahara peut offrir, refusant par là même toute forme d’asservissement économico-politique. Car ce qu’il y a de plus fort dans 14 kilomètres, au-delà du courage qui jaillit de chaque souffle des personnages, c’est la beauté hallucinante et presque irréelle de chaque image. Des plans comme des cartes postales, magnifiques et pourtant si cruelles.

Titre original : 14 Kilòmetros

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.