Select Page

Valentine’s Day

Article écrit par

Qu’ils aiment ou pas, ils ne peuvent y échapper. Avec « Valentine’s Day », Gary Marshall filme les péripéties amoureuses d’une vingtaine de personnes lors… de la Saint Valentin. L’intrigue est plaisante, mais on a adore surtout le casting.

Dans quel film pourrait-on voir les docteurs les plus sexys (Patrick Dempsey et Eric Dane) de la série Grey’s Anatomy et les femmes les plus athlétiques du PAF, Jennifer Garner (Alias) et Jessica Alba (Dark Angel), avec en prime Julia Roberts, l’éternelle Pretty Woman, sa nièce Emma Roberts, l’intemporelle Shirley MacLaine, Anne Hathaway (Le Diable s’habille en Prada, Princesse malgré elle de Gary Marshall aussi), Bradley Cooper (Ce que pensent les hommes, Very Bad Trip), Jamie Foxx (Ray), la chanteuse de pop Taylor Swift, pour la première fois au cinéma, ou encore Taylor Lautner, l’autre révélation de la saga Twilight ? Valentine’s Day de Gary Marshall !

Le réalisateur de Pretty Woman sait comment s’y prendre pour entraîner le spectateur sur les chemins de l’amour. A Los Angeles, on assiste par exemple aux tribulations d’une attachée de presse (Jessica Biel) qui déteste la Saint-Valentin, d’un fleuriste (Ashton Kutcher) qui vient de demander son amie en mariage, d’un préposé au courrier (Topher Grace) ou encore d’un petit garçon, embarqué dans sa première histoire d’amour, et dont le grand-père (Hector Elizondo) n’est pas mieux loti en matière d’affaires de cœur.

La galerie de personnages, de tous âges et de toutes catégories sociales, et leurs histoires offrent une vision assez large des rapports amoureux aujourd’hui. Si Valentine’s Day réserve quelques surprises, il ne laisse pas un souvenir impérissable pour autant, à l’instar de Love Actually de Richard Curtis qui s’inscrit dans le même registre. Le dernier long métrage de Gary Marshall bénéficie néanmoins d’une pléiade d’acteurs plus doués les uns que les autres, beaux et attachants dans leurs rôles respectifs. De quoi passer un très bon moment, surtout quand on raffole des comédies romantiques. Les aficionados seront d’ailleurs reconnaissants à Gary Marshall, dont la fidélité est maintenant une marque de fabrique, d’avoir rappelé une partie du casting de Pretty Woman. C’est avec plaisir que l’on retrouve Hector Elizondo, acteur fétiche de Marshall, et sa fille Kathleen Marshall. Un indice pour retrouver cette dernière : chercher à l’accueil. (Happy) Valentine’s Day !

Lire aussi

Le Mans 66

Le Mans 66

Porté par un Christian Bale meilleur que jamais, « Le Mans 66 » nous raconte la passion d’un champion de course automobile avec des moments de vérité parfois bouleversants.

Revoir Pabst

Revoir Pabst

G.W.Pabst aura inspiré deux mythes, celui de « la Divine », Greta Garbo et « Loulou », Louise Brooks, sa muse cinématographique, mais il reste un réalisateur torturé par le traumatisme de la guerre, cette blessure de l’âme
qui refuse de cicatriser…Gros plan sur deux oeuvres majeures et la version allemande de « l’opéra de quatre sous ».