The Hit

Article écrit par

Willy Parker (Terence Stamp) se tient bien droit face aux juges. Regard vif et flegme tout britannique, il répond sans sourciller aux questions de l´avocat. Il balance, Willy. Tous ses collègues, son patron y compris. C´est qu´on lui a fait une belle offre en échange : la liberté. A la fin de la séance, ses […]

Willy Parker (Terence Stamp) se tient bien droit face aux juges. Regard vif et flegme tout britannique, il répond sans sourciller aux questions de l´avocat. Il balance, Willy. Tous ses collègues, son patron y compris. C´est qu´on lui a fait une belle offre en échange : la liberté. A la fin de la séance, ses désormais ex-collègues entonnent cette chanson : << On se reverra. On ne sait où, on ne sait quand. >>

Stephen Frears signe avec The Hit son deuxième film, treize ans après Gumshoe. Mariage entre le polar et le road movie crépusculaire, The Hit met en scène une troupe d´acteurs << à gueule >> : le génial et pince sans rire Terence Stamp, bien sûr, mais aussi John Hurt, minimal et introverti à souhait, ainsi que Tim Roth dans son premier rôle, celui d´un jeune chien fou difficilement contrôlable. La gouaille des acteurs serait un critère suffisant à l´appréciation de ce film ; à condition toutefois de tirer un trait sur l´horripilante version française. Mais il y a plus.

Il y a cette histoire, cette tragi-comédie relatant le parcours de deux hommes lancés sur la route vers la mort, essayant chacun de la gérer comme ils le peuvent. Selon les dires mêmes de Stephen Frears, << The Hit raconte l´histoire d´hommes qui tentent de mourir de la meilleure façon possible. L´un d´eux rêve d´une mise en condition spirituelle, l´autre, son tueur, sait parfaitement que la mort n´est qu´un commerce sordide ; c´est un film sur l´illusion et la désillusion et la terreur qu´inspire la tombe. C´est une comédie, en fait... >>.

Il y a cette tragédie métaphysique : Willy affiche une sérénité parfaite qui déstabilise les tueurs. Son sourire résolu énerve le jeune Myron. Ça fait dix ans qu´il attend ça. Il a passé toutes ces années à lire des bouquins et à se préparer à sa mort. << La mort est un processus naturel >>, dit-il << autant que respirer >>. Et puis, tout le monde y passe, un jour où l´autre, pas de crainte à avoir… Et pourtant, Willy n´accepte pas la mort aussi bien qu´il le prétend. Il craque. Il tente de s´échapper pour la première fois alors même qu´il avait aidé ses tueurs, au cours des séquences précédentes, à continuer leur périple en évitant les pièges qui auraient mené la police sur leur trace. Sa sérénité spirituelle s´efface soudainement lorsqu´il se retrouve face à son exécution. L´adage est bien connu : << On ne sait qui l´on est tant que l´on n´a pas été mis à l´épreuve >>. Willy aurait pu passer dix années de plus à s´y préparer, cela n´aurait rien changé. Peu importe combien de temps l´on repousse la chose : << On se reverra. On ne sait où. On ne sait quand >>.

Il y a cette sourde confrontation à distance entre un chasseur et sa proie. Mr Braddock est un professionnel de longue date. Cela fait des années qu´il << remplit >> des contrats. Il ne semble pas toujours particulièrement au sommet de sa forme, un brin lointain et mélancolique. Pour échapper à la police, lui, son apprenti et son contrat se dirigent vers Madrid dans un appartement servant de planque où ils pourront changer de voiture. Là, ils tombent sur une ancienne connaissance, Harry, qui a entendu parler de leurs affaires par les journaux. Braddock accorde la vie sauve à Harry en prenant sa copine pour otage. Jeune espagnole aux formes généreuses dont le jeune Myron ne tarde pas à s´enticher, elle est pour Harry une perle, le véritable amour. Mais le véritable amour n´est pas suffisant pour fermer sa gueule lorsque l´on connaît le montant de la récompense offerte par les flics pour toute info concernant l´enlèvement de Willy Parker. Figure du bourreau, Mr Braddock marche aux côtés de la mort. Se situant à l´opposée de Willy, il ne théorise pas, il sait. Mais le savoir n´est pas forcément synonyme de paix.

Puis il y a le face-à-face, scène aux forts relents mystiques. Braddock hésite. Willy lui explique sa conception de la vie et ce qu´il a le plus retenu des tonnes de bouquins qu´il a ingurgités : s´il y a une chose à ne pas rater dans la vie, c´est sa mort. Cette discussion permettra à Mr Braddock d´accepter son passé et de repositionner les rails de son destin pour mieux choisir sa mort. Le vrai héros du film, c´est lui.

Cette profondeur sous-jacente assure la pérennité du film. Dépassant la simple comédie linéaire << à l´anglaise >>, The Hit regorge de non-dits et multiplie les pistes de lecture, prolongeant ainsi notre plaisir bien après le générique. Que dire de plus, sinon qu´il y a fort à parier qu´en croisant un jour une personne qui a elle aussi découvert ce film, on aura l´impression de partager avec elle un secret commun…

Titre original : The Hit

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.