Select Page

Source code

Article écrit par

Pour son deuxième long métrage, Duncan Jones s´attaque de nouveau à la science-fiction et nous livre un film un peu décevant.

Le succès de Moon (2009) dans de nombreux festivals fit découvrir la personne et l’univers du fils de David Bowie, Duncan Jones, qui s’était d’abord illustré dans la réalisation de publicités avant de passer au long métrage. Si ce premier film marqua les esprits par son esthétisme, son rythme et la très grande qualité de son casting, il n’en pêchait pourtant pas moins par un certain manque d’originalité, en regard des thèmes abordés (la psychologie et l’humanité des intelligences artificielles). Source code s’avère alors en droite ligne de ce précendent film, au niveau des reproches et des mérites que l’on peut lui adresser.

L’idée de départ est pourtant des plus intéressante : voyager dans la mémoire d’une personne décédée pendant seulement 8 min, ces 8 minutes étant liées aux derniers réflexes de l’activité cérébrale au moment de la mort.  Le but est de recueillir un maximum d’informations afin de déjouer un deuxième attentat sans que rien ne soit en mesure d’empêcher le premier,  puisqu’il ne s’agit pas de voyager dans le temps mais dans une dimension parallèle. Il est bien sûr difficile de ne pas penser à des films tels que Un jour sans fin de Harold Ramis ou Déjà vu de Tony Scott, dont  Source code reprend quelques thématiques ainsi que le schéma narratif, si bien que son scénario s’avère au final marqué au fer d’un certain « classicisme », les surprises y manquant cruellement.

Fort heureusement, le talent de Jake Gyllenhaal donne littéralement vie au personnage principal et apporte malgré tout un certain intérêt à ses péripéties.  Enfermé à la fois dans son propre microcosme et temporairement  attaché à une époque qui ne dure que 8 minutes, Colter Stevens n’est motivé  que par l’amour. Ce dernier étant le seul à pouvoir le libérer de sa propre prison mentale, le motiver à construire un monde meilleur, à même de redonner de l’humanité à la vie réelle. Une quête semblable donc à celle du héros de Moon.

Côté réalisation, Duncan Jones démontre une fois de plus sa grande capacité à utiliser intelligemment le peu de décors qui sont à sa disposition, à trouver le rythme juste qui caractérise ses films et confirmer la justesse d’une direction d’acteur qui permet à la caméra de s’effacer. Un atout conférant  à la dernière partie du film – un happy end archi classique qui n’en finit pas – la chance de se laisser apprécier tout en faisant un peu grincer des dents.

 
 

Titre original : Source Code

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 93 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Chronique d’un amour

Chronique d’un amour

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet. Premier long métrage de fiction de Michelangelo Antonioni, « Chronique d’un amour » renaît littéralement de ses cendres tel le phénix ; le négatif original ayant été détruit dans un incendie. Film mythique et embryonnaire, il amorce le thème essentiel de la
geste antonionienne : l’ennui engendré par l’inaptitude au bonheur. En version restaurée.

Le Désert rouge

Le Désert rouge

Sortie en Blu-Ray et DVD le 5juillet. Avec “Le désert rouge”, Michelangelo Antonioni décrit le symptôme d’un monde en mutation à travers l’aliénation de Giuliana, femme au bord de la crise de nerfs, qui ne l’appréhende plus que par le prisme des couleurs d’une névrose compulsive autant qu’obsessionnelle. Un premier opus en couleurs superbement remasterisées dans sa version restaurée 4K.

Bandits à Orgosolo

Bandits à Orgosolo

S’il est un chef d’œuvre à découvrir promptement, c’est bien « Bandits à Orgosolo » honoré en 1961 du prix de la meilleure première œuvre à la Mostra de Venise. Oeuvre circonstancielle, directe, poignante, tournée avec des non-acteurs dans leur propre rôle de composition de bergers mutiques. Western sarde, le film dégage cette authenticité palpable et palpitante
qui ne tombe jamais dans le mélo sentimental ou compassionnel. Distribué par Carlotta en version restaurée…