Select Page

René Clair

Article écrit par

Retour sur un maître du cinéma français.

René Clair représente à tous points de vue la figure d’un cinéma français triomphant, novateur et universel. La longévité de sa carrière, les innovations formelles qu’il contribua à apporter et la diversité des genres embrassés en firent un cinéaste complet et à l’influence immense. Sa période muette illustre déjà sa grande inventivité, avec notamment son audacieux Entr’acte, tandis que sa farouche opposition au parlant lui fera quitter l’impasse du théâtre filmé avec Sous les toits de Paris et Le Million, où il invente tous les codes du slapstick moderne.

Son attrait jamais démenti pour le fantastique se confirmera durant son exil hollywoodien avec des films comme C’est arrivé demain ou encore Ma femme est une sorcière, où la screwball comedy s’imprègne de surnaturel. Cette facette s’exprimera dans La Beauté du diable, relecture de Faust dans la veine du réalisme poétique français. Dans les années 50, il signera un des premiers grands films français en Technicolor (avec Le Carrosse d’or de Renoir) avec le superbe mélo Les Grandes Manœuvres, preuve d’une inspiration toujours vivace.

Bonne lecture avant un prochain Coin du cinéphile consacré à un autre grand cinéaste français plus contemporain, Claude Sautet.

Réalisateur :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Le photographe

Le photographe

Ritesh Bafa nous livre ici un quatrième long métrage dans la lignée de sa production indienne précédente sans se répéter pour autant.

La Victime

La Victime

« La victime » tient une place et un statut à part dans la cinématographie britannique. L’ oeuvre dénonce l’hystérie
paranoïaque d’une « chasse aux sorcières » menée à l’encontre de la communauté homosexuelle. Le film favorisa la jurisprudence en faveur d’un amendement voté en 1967 dépénalisant l’homosexualité.