Select Page

Qu’il est étrange de s’appeler Federico

Article écrit par

Scola nous offre ici un des plus beaux hommages à l’art, la magie et la mélancolie du cinéma fellinien. Un régal pour l’été.

Accueilli en triomphe au festival de Venise 2013, ce film réalisé par Ettore Scola à l’occasion du vingtième anniversaire de la disparition du Maestro est un bijou impressionniste qui donne une image à la fois précise et rêveuse de leur amitié et de leur travail. Quelque treize ans les séparaient en fait. Fellini, né en 1920, a bien connu le fascisme et a quitté Rimini pour Rome où il travailla quelques années pour le journal satirique Marc’Aurelio avant de commencer son œuvre avec Roberto Rossellini et Alberto Lattuada. C’est, entre autres, ce que raconte ce très beau film, entre documentaire et biopic, dans lequel Ettore Scola a mis toute son âme, aidé de toute la famiglia : le scénario a été écrit avec ses deux filles, Paola et Silvia, avec lesquelles il avait déjà travaillé sur de nombreux succès comme La Terrasse (1980) ou Gente di Roma (2004) et il est interprété par les deux petits-fils de Scola pour les rôles de Fellini jeune et Scola jeune. Quelle bonne idée ! Excellente idée aussi de commencer le film en espagnol, de quoi tourner la tête de tout cinéphile italianisant. En effet, sur une plage au soleil couchant made in Cinecittà, on voit il Maestro vieillissant de dos, engoncé dans son manteau comme à l’accoutumée et assis sur son fauteuil de metteur en scène. Une voix off récite un poème en espagnol, et c’est un hommage en fait à Garcia Llorca qui, lui aussi, se prénommait Federico. Qu’il est étrange de s’appeler Federico en effet, car ce prénom appelle à la fois la puissance et la paix et semble plus doux, en italien, que son correspondant français Frédéric. Et c’est cette douceur un peu mélancolique et tendre qui ressort du portrait qu’Ettore Scola nous propose de son mentor et ami, Federico Fellini. Scola est d’ailleurs allé chercher Luciano Ricceri pour les décors de son film, collaborateur de Fellini sur les tournages de Huit et demi (1963) et de Juliette des esprits (1965) ; et Andrea Guerra, le fils de Tonino Guerra, célèbre scénariste d’Amarcord (1973), pour composer une belle musique en hommage bien sûr à Nino Rota.

En fait, toutes ces références pourraient paraître ennuyeuses ou superflues à qui ne connaît pas ou peu l’œuvre du Maestro italien. Mais il n’en est rien. Il suffit de se laisser guider, d’accepter le fil d’Ariane et la magie chère à Federico pour entrer dans un monde entre rêve et réalité, et qui était de source sûre l’essence même de la vie du cinéaste romain. Scola n’a pourtant pas voulu réaliser un film complètement biographique : il nous propose quelques petites touches sur la vie et l’œuvre de Fellini, avec des parties en noir et blanc (pendant la guerre et au journal Marc’Aurelio où ils firent leurs débuts tous deux, à dix ans d’écart), des images d’archives, des extraits de films de Fellini et de Scola, notamment le passage de Nous nous sommes tant aimés (1975) où Scola a reconstitué le tournage de la célèbre scène de la fontaine de Trevi dans La Dolce Vita (1959). Et, bien sûr, toute une partie filmée qui parvient à merveille à retranscrire l’univers magique du Maestro. Jusqu’à l’apothéose finale, ce point d’orgue qui, à la manière du finale de Huit et demi, décline toutes les plus images des films felliniens qui défilent comme dans un rêve ou un diaporama céleste, alors que Fellini s’est échappé de son cercueil exposé dans le studio 5 de Cinecittà et qu’il s’est réfugié sur un petit manège pour échapper aux soldats emplumés qui le veillaient sur fond de ciel bleu.

 

L’enfance est là, mais aussi l’amitié et les longues promenades en voiture que Fellini appréciait tout particulièrement et qui permettent au spectateur de 2014 de rencontrer le petit monde romain, depuis les prostituées de la Via Appia Antica jusqu’aux personnages fabuleux de ses films, en passant bien sûr par le latin lover, l’ami des deux grands cinéastes, maintenant disparu, Marcello Mastroianni qui a traversé leurs œuvres de la manière magistrale que l’on sait, même si Fellini s’est employé à le rendre plus beau, alors que Scola l’a enlaidi (ce dont se plaignait la mère de Mastroianni, petit clin d’œil dans le film). En effet, entre le Marcello de Huit et demi et le Mastroianni de Drame de la Jalousie (1970) de Scola, il y a une telle différence qu’on aurait presque du mal à reconnaître l’acteur, preuve de son immense talent.

Un film tout en demi-teintes, empreint de la magie et de la synchronicité felliniennes, qui donne encore et encore envie de revoir tout l’œuvre de Fellini et tous les films mélancoliques d’Ettore Scola, dont les premiers, mais surtout La Nuit de Varennes (1982), Le Bal (1983), Une journée particulière (1977), Gente di Roma, Splendor (1989) – oh oui ! -, etc. En effet, s’il est étrange de s’appeler Federico, que dire de celui qui s’appelle Ettore ? Sinon implorer pour que "E viva il cinema e la nave va" (Vive le cinéma et vogue le navire)
 

Titre original : Che Strano Chiamarsi Federico! - Scola Racconta Fellini

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 90 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

A bigger splash

A bigger splash

A la manière de Warhol, Jack Hazan nous offre un portrait magnifique du peintre David Hockney, mais aussi de toute une époque disparue à jamais. En salles puis en DVD et Blue-Ray.

Le ciel est à vous

Le ciel est à vous

Cinéaste du prolétariat urbain avec sa conscience de classe, Jean Grémillon s’identifie à son public qui lui-même se personnifie dans les acteurs populaires. Le peuple devient le seul acteur porté par un même élan. Son oeuvre est parcourue par l’exercice d’un tragique quotidien où le drame personnel côtoie la grandeur surhumaine des événements. Focus sur la ressortie 4K du “Ciel est à vous”.