Pride

Article écrit par

Comédie sociale et engagée sur l’histoire vraie du front commun entre gays et mineurs contre Thatcher.

La Queer Palm, qui récompense un film pour ses qualités artistiques et son traitement des questions gay, lesbienne, bi ou trans, a été remise en mai 2014 à Cannes à Pride, qui venait clôturer avec légéreté la Quinzaine des réalisateurs. Le film de Matthew Marchus (l’oubliable Simpatico, 2000) brille moins par ses qualités artistiques que par sa foi indéfectible en son sujet, et le sérieux qu’il emploie à faire rimer questions sociales et feel good movie. Nous sommes en 1984 en Grande Bretagne, alors que la grève des mineurs bat son plein et que Margaret Thatcher s’acharne à affamer les ouvriers du charbon. Un groupe de militants homosexuels (Lesbiennes et Gays en Soutien aux Mineurs, LGSM) va apporter son aide à un petit village de grévistes du Sud du Pays de Galles, en récoltant des fonds à Londres d’abord puis en faisant le voyage en minibus jusque dans la bourgade, très peu intéressée par les questions LGBT. D’abord plutôt réfractaire à l’arrivée de “folles” excentriques dans leurs réunions syndicales, les mineurs vont apprendre à faire front commun avec les homos venus prêter main forte – après tout, le combat contre Thatcher et contre les inégalités sociales est le même.

L’histoire est vraie, et on en connaît la fin : en mars 1985, les mineurs retournent au travail sans avoir rien obtenu, les pertes financières étant devenues trop lourdes. Pride préfère se concentrer sur le constat, réjouissant pour le coup, que l’homme sait aussi parfois faire preuve de solidarité quand il s’agit de rassembler les exclus du monde. En résulte un film à la bonne humeur contagieuse, qui alterne assez habilement entertainment pur et dur et faits de société plus graves, à renfort d’images d’archives qui viennent ponctuer les moments de franche comédie. Si certaines scènes sont franchement impossibles (la grande séquence de bal où Dominic West se lance dans un show à la Freddie Mercury, rendant toutes les femmes amoureuses de lui et les hommes prompts à faire la queue pour venir lui demander de leur apprendre à danser), l’ensemble fonctionne sans temps mort, notamment grâce à une galerie de personnages aussi clichés que bien dessinés, et grandement servis par l’interprétation des acteurs.

 


Pride
n’oublie pas les affres liées à la question de la revendication de l’homosexualité dans une époque particulièrement homophobe, et le film prend alors des allures de catalogue : mise au ban des parents, secrets et mensonges, aggressions physiques ou hécatombe du Sida sont évoqués dans l’ordre et sans surprise. Sauf que Matthew Marchus a la bonne idée d’ouvertement jouer la caricature, et de l’assumer comme telle. Outre le fait d’avoir été ému par la rencontre improbable entre deux catégories sociales plus proches qu’elles n’y paraissent mais complètement étrangères l’une à l’autre, le réalisateur préfère toujours la comédie au mélo, s’amuse de planter des personnages littéralement très colorés dans un décor aussi austère que l’est l’époque. C’est là que naissent les quelques trouvailles visuelles de Pride, quand une camionnette bigarrée bat le pavé d’un village qui n’est finalement qu’une seule rue bâtie sur une ancienne voie romaine (l’équipe a tourné sur les lieux véritables de l’action), alignement de briques et de gris d’une tristesse infinie qui, quelques semaines durant, aura trouvé un peu de vie. Ce n’est pas un hasard si, peu de temps après, tout ce beau monde se retrouve à la Gay Pride de Londres : retrouver une énergie commune est, là encore, politique.
 

Titre original : Pride

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 114 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.