Select Page

Pride

Article écrit par

Comédie sociale et engagée sur l’histoire vraie du front commun entre gays et mineurs contre Thatcher.

La Queer Palm, qui récompense un film pour ses qualités artistiques et son traitement des questions gay, lesbienne, bi ou trans, a été remise en mai 2014 à Cannes à Pride, qui venait clôturer avec légéreté la Quinzaine des réalisateurs. Le film de Matthew Marchus (l’oubliable Simpatico, 2000) brille moins par ses qualités artistiques que par sa foi indéfectible en son sujet, et le sérieux qu’il emploie à faire rimer questions sociales et feel good movie. Nous sommes en 1984 en Grande Bretagne, alors que la grève des mineurs bat son plein et que Margaret Thatcher s’acharne à affamer les ouvriers du charbon. Un groupe de militants homosexuels (Lesbiennes et Gays en Soutien aux Mineurs, LGSM) va apporter son aide à un petit village de grévistes du Sud du Pays de Galles, en récoltant des fonds à Londres d’abord puis en faisant le voyage en minibus jusque dans la bourgade, très peu intéressée par les questions LGBT. D’abord plutôt réfractaire à l’arrivée de “folles” excentriques dans leurs réunions syndicales, les mineurs vont apprendre à faire front commun avec les homos venus prêter main forte – après tout, le combat contre Thatcher et contre les inégalités sociales est le même.

L’histoire est vraie, et on en connaît la fin : en mars 1985, les mineurs retournent au travail sans avoir rien obtenu, les pertes financières étant devenues trop lourdes. Pride préfère se concentrer sur le constat, réjouissant pour le coup, que l’homme sait aussi parfois faire preuve de solidarité quand il s’agit de rassembler les exclus du monde. En résulte un film à la bonne humeur contagieuse, qui alterne assez habilement entertainment pur et dur et faits de société plus graves, à renfort d’images d’archives qui viennent ponctuer les moments de franche comédie. Si certaines scènes sont franchement impossibles (la grande séquence de bal où Dominic West se lance dans un show à la Freddie Mercury, rendant toutes les femmes amoureuses de lui et les hommes prompts à faire la queue pour venir lui demander de leur apprendre à danser), l’ensemble fonctionne sans temps mort, notamment grâce à une galerie de personnages aussi clichés que bien dessinés, et grandement servis par l’interprétation des acteurs.

 


Pride
n’oublie pas les affres liées à la question de la revendication de l’homosexualité dans une époque particulièrement homophobe, et le film prend alors des allures de catalogue : mise au ban des parents, secrets et mensonges, aggressions physiques ou hécatombe du Sida sont évoqués dans l’ordre et sans surprise. Sauf que Matthew Marchus a la bonne idée d’ouvertement jouer la caricature, et de l’assumer comme telle. Outre le fait d’avoir été ému par la rencontre improbable entre deux catégories sociales plus proches qu’elles n’y paraissent mais complètement étrangères l’une à l’autre, le réalisateur préfère toujours la comédie au mélo, s’amuse de planter des personnages littéralement très colorés dans un décor aussi austère que l’est l’époque. C’est là que naissent les quelques trouvailles visuelles de Pride, quand une camionnette bigarrée bat le pavé d’un village qui n’est finalement qu’une seule rue bâtie sur une ancienne voie romaine (l’équipe a tourné sur les lieux véritables de l’action), alignement de briques et de gris d’une tristesse infinie qui, quelques semaines durant, aura trouvé un peu de vie. Ce n’est pas un hasard si, peu de temps après, tout ce beau monde se retrouve à la Gay Pride de Londres : retrouver une énergie commune est, là encore, politique.
 

Titre original : Pride

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 114 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…