Pasolini

Article écrit par

Un hommage en demi-teintes, hanté par la puissance d´incarnation tout en retenue de Willem Dafoe.

Après un Welcome to New-York complaisant et verbeux, Ferrara accouche d’un film étonnamment pur, d’une humilité entièrement dévouée à son objet, où la simplicité du geste n’a d’égal que son caractère déconcertant. Son Pasolini esquive le biopic pour des sentiers plus secrets, où la restitution documentée, presque aplanie, d’un quotidien, est pourtant constamment élevée à la dimension d’une véritable tragédie, d’une élégie en clair-obscur (Ferrara ne s’intéresse ici qu’à la dernière journée de l’artiste). Afin d’épouser la psyché d’un être aux multiples facettes, le réalisateur de Bad Lieutenant (1992) opte pour une narration fragmentée, à la fois maîtrisée et volontairement nébuleuse. C’est, dans le même temps, sa limite et sa force.

Si le récit, éparpillé aux quatre vents, s’enlise dans un effet « inventaire de situations » des plus assommants, il témoigne pourtant d’une belle audace dans sa manière toute singulière de traiter à équivalent tous les aspects (familiaux, sexuels, intellectuels, fantasmatiques) d’une vie : à chaque élément est accordée la même valeur, la même durée. Ainsi, monde intérieur et extérieur, rêveries et trivialité du quotidien s’y côtoient dans un même flux, unique et indivisible, celui de la vie, alors même que chaque instant, ployant sous une chape crépusculaire, exhale le parfum âcre des temps finissants, sécrète le léger frémissement d’un soupir qui n’en finit plus de s’éteindre.

Quelque chose, cependant, ne prend pas. Une manière déroutante de tenir à distance, une sorte de froideur solennelle repliée sur elle-même, comme un travail d’esthète qui aurait oublié de parler avec le cœur. En résulte une œuvre étrangement désincarnée, presque spectrale, comme mort-née. Alors que tout le film est censé baigner dans une atmosphère de finitude, ce n’est que dans ses toutes dernières secondes que l’émotion point, le temps d’un plan a priori anodin et qui pourtant résume à lui seul Pasolini, l’homme et l’artiste : à travers la figure de cet agenda ouvert, c’est toute une poétique qui s’exprime, celle de la vie interrompue en plein élan, celle de l’être arrêté au milieu de son geste, celle de l’oeuvre à jamais inachevée.
 

Titre original : Pasolini

Réalisateur :

Acteurs : , , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 84 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.