Select Page

Où sont passés les Morgan ? (Did You Hear About The Morgans?)

Article écrit par

Hugh Grant a la répartie pince-sans-rire et Sarah Jessica Parker des talons hauts vissés dans le cerveau : rien de suffisamment original, donc, pour sortir cette comédie romantique d´une série de clichés.

Paul (Hugh Grant) et Meryl (Sarah Jessica Parker) forme un couple au bord de la crise de nerfs depuis que monsieur a trompé madame un soir de faiblesse ; malgré leur quotidien friqué de New-Yorkais hype, l’ambiance se veut donc morose, jusqu’à un dîner de la dernière chance où l’époux tente de reconquérir l’épouse… Or, hasard des destins, alors qu’il sillonne des rues somme toute tranquilles de Manhattan, le couple assiste à un meurtre, et, de surcroît, se fait repérer par le tueur. Identifiables à souhait, les Morgan se voient ainsi contraints de quitter leur cocon citadin afin d’aller se planquer dans la grande méchante campagne du Wyoming, et pire selon elle, de rester cachés ensemble

Cette comédie de Mark Lawrence – déjà réalisateur de Le Come-back et L’Amour sans préavis – ne prétend pas révolutionner le genre même si elle joue la carte de l’inédit en explorant un territoire moins exploité: le mariage. Or ce choix est bien loin de rafraîchir à lui tout seul les 1h45 de film. Hugh Grant en charmant bellâtre et Sarah Jessica Parker en accro du bitume new-yorkais ? La fiction n’est point trop originale… Certes, les dialogues pince-sans-rire de la plus célèbre moue british ont du mordant, mais Mister Grant a vieilli dans le rôle du gentil gendre et semble lui-même s’ennuyer à mesure de ses répliques ; en plus, ses meilleures blagues tombent à plat face à sa partenaire. Car si le personnage de SJP se veut être une sexy petite pintade de la ville trop mignonne perdue dans ses bottes de fermières, elle se révèle en fait une working girl névrotique dont les caprices prépubères combinés aux truismes sur le couple fatiguent. Malgré la bonne volonté de la comédienne, les doutes et les moments existentialo-conjugaux des Morgan – probablement pensés comme le sel du film – sont trop superficiels pour être attachants. On pense bien que l’incartade petite-partie-de-fesse-adultère-ratée de Paul finira par lui être pardonnée, et derrière ce moralisme, l’enjeu comique s’obscurcit.

D’autre part, l’infidélité se trouve en réalité du côté de Mark Lawrence qui veut nous vendre de l’authentique campagne profonde comme l’Amérique en ferait par paquets. Or, rien d’original à l’Ouest non plus : le Wyoming que nous dépeint le réalisateur est une caricature aux décors 100% républicain et 100% western, où ni Michael Moore ni Borat ne seraient passés pour dynamiter l’ambiance. La profusion d’armes à feu et de rodéos qui sentent le steak, ainsi que des personnages secondaires monolithiques (y compris le cow-boy consacré Sam Elliott), épaississent trop le trait d’un humour peu subtil.

Ainsi, Où sont passés les Morgan collectionne des clichés qui, mis bout à bout, divertissent autant qu’ils lassent ; et l’intrigue de polar en kit – la poursuite du couple par le tueur – ne passionne pas assez pour sauver la mise.
Reste que ce film n’a rien de franchement désagréable ; simplement il s’oublie vite, comme le fait de savoir, au final, où sont passés les Morgan.

Titre original : Did You Hear About The Morgans?

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :

Durée : 95 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…