Select Page

Oliver Stone

Article écrit par

A l´occasion de la sortie de « Wall Street 2 », ce Coin du Cinéphile est consacré à Oliver Stone.

Depuis plus de trente ans, Oliver Stone fait figure de poil à gratter dans le paysage cinématographique américain. Traumatisé très jeune par sa mobilisation au Vietnam, cette fêlure l’amène à s’interroger sur son pays à travers une filmographie où il n’aura de cesse d’en dévoiler les secrets et questionner les valeurs. Cette démarche se révèle dans un style frondeur et direct, mais aussi des velléités de mise en scène quasi expérimentales dans ses films les plus foisonnants. Quelque peu en perte de vitesse durant les années 2000, et semblant avoir perdu de son mordant, il n’en demeure pas moins une des grandes figures du cinéma américain contemporain.

Pour ce Coin du Cinéphile, la question du Vietnam et de ses répercussions sur la société américaine sera traitée à travers un texte sur Platoon. Le Stone empêcheur de tourner en rond s’attaquera ensuite au monde de la finance avec Wall Street et du sport professionnel dans L’Enfer du dimanche. Les controversés et brillants JFK et Tueurs Nés seront ensuite abordés, avant de conclure sur les exercices du biopic, avec un fiévreux The Doors et du film noir distancié avec U Turn.

Bonne lecture avant un prochain Coin du Cinéphile consacré à Michael Caine !

Réalisateur :

Pays :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…