Select Page

Ma famille afghane

Article écrit par

Une européenne joue les candides à Kaboul.

Adaptation original d’un livre

Un film d’animation empreint d’une grande sensibilité arrive dans le paysage du cinéma mondial avec des vignettes d’une belle qualité artistique. C’est un film fort et puissant, qui en dit presque plus que tous les documentaires qu’on a pu voir, ou non, sur l’Afghanistan. En co-écrivant le scénario du film avec Yaël Giovanna Lévy, la réalisatrice tchèque Michaela Pavlatova a choisi d’adapter pour l’écran le livre de la Tchèque, Petra Prochazkova, journaliste de guerre, célèbre dans son pays, notamment pour ses reportages en Afghanistan et en Tchétchénie. Ma famille afghane raconte une histoire d’amour et de malheur sur fond de guerre, d’attentats et de fanatisme à Kaboul dans les années 2001. Herra est une jeune femme d’origine tchèque qui rencontre Nazir à l’université à Prague et qui, par amour, décide de tout quitter pour le suivre en Afghanistan. C’est cette aventure étrange et inédite qu’elle raconte par des cartons à l’enluminure magnifique qui ne manque pas d’évoquer les miniatures persanes. Elle devient alors le témoin et l’actrice des bouleversements que sa nouvelle famille afghane vit au quotidien. En prêtant son regard de femme européenne, sur fond de différences culturelles et générationnelles, elle nous raconte aussi et son quotidien, et l’arrivée d’un enfant, Maad, dont elle va s’occuper à son tour comme pour apporter sa touche personnelle à cette boucle d’une grande sensibilité et d’une profonde perspicacité.

Description de l’intérieur

« Je condamne, tout comme Petra, les violences infligées aux femmes derrière les murs de leurs foyers et toute violation de leurs droits, déclare la réalisatrice dans le dossier de presse du film. Cette situation initiale des femmes afghanes, décrites dans le roman me met mal à l’aise, en tant qu’européenne, et me semble inacceptable et condamnable. Grâce à son regard singulier, Petra envisage ce monde de l’intérieur et témoigne d’une sensibilité palpable. » Hormis cette constatation un peu convenue et falote, on ne peut que souscrire à ce film surtout parce qu’il est écrit et réalisé avec une sorte de naturalisme qui obère toute culpabilisation, tout manichéisme contrairement aux propos de la réalisatrice qui n’a qu’une peur, c’est d’être accusée de proposer un portrait pas assez incisif du monde des talibans.

Ni brûlot, ni pamphlet

Mais bien sûr, il n’en est rien. Son film n’est pourtant pas un brûlot, ni un manifeste féministe, mais une fine description du quotidien de ces êtres humains qu’un régime aveugle force à vivre dans la violence et la soumission. Et le choix de l’animation y contribue largement ainsi que la réalisatrice le constate elle-même fort justement. « Dans le même temps, l’élégance des images, la possibilité de dépouiller les plans et d’aller à l’essentiel ont resserré l’intrigue et donné plus de force aux situations les plus cruciales. Je n’ai pas cherché à styliser l’image outre mesure, comme l’animation peut y inciter, mais j’ai utilisé les outils de ce moyen d’expression de manière naturelle, toujours au service de l’atmosphère et du récit. Je ne voulais surtout pas mettre en avant l’esthétique, mais, bien au contraire, faire en sorte que le spectateur oublie la forme pour s’attacher à l’histoire et aux personnages. »

 

Titre original : My Sunny Maad

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre : ,

Pays : ,

Durée : 80 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Cycle rétrospectif Detlef Sierck (alias Douglas Sirk) période allemande

Au cœur des mélodrames de la période allemande de Douglas Sirk, ses protagonistes sont révélés par les artefacts d’une mise en scène où l’extravagance du kitsch le dispute avec le naturalisme du décor. Mais toujours pour porter la passion des sentiments exacerbés à son point culminant. Ces prémices flamboyants renvoient sans ambiguïté à sa période hollywoodienne qui est la consécration d’une œuvre filmique inégalée. Coup de projecteur sur le premier et dernier opus de cette période allemande.

La mort d’un bureaucrate

La mort d’un bureaucrate

« La mort d’un bureaucrate » est une tragi-comédie menée “à tombeau ouvert” et surtout une farce à l’ironie macabre déjantée qui combine un sens inné de l’absurde institutionnel avec une critique radicale du régime post-révolutionnaire cubain dans un éloge
bunuelien de la folie. Férocement subversif en version restaurée…