Les Prédateurs

Article écrit par

Lucas Belvaux est un cinéaste de l’instinct. Politique, complot et république, trois critères qui font bon ménage dans l’hexagone. Un téléfilm correct qui, sans être transcendant, tient en haleine de bout en bout.

Quelque chose de pourri. Quelque chose d’humain. Quelqu’un leur a bien dit de ne pas s’aventurer dans ces zones meurtrières. On n’écoute plus, on suit son instinct, on se fie à des sentiments déshumanisés et on tombe dans le panneau. De nombreuses années s’écouleront avant que tout soit découvert. Entre temps, combien de vies brisées, de cœurs perdus, d’espoirs foutus ? Et tous ces noms qui ressurgissent, qui nous sont devenus familiers, les Sirven, Le Floch-Prigent, Joly ou Tarallo, qui hantèrent nos petites lucarnes et qui furent comparés à des prédateurs.  Résultat : L’affaire Elf est retranscrite adroitement. .

Toujours une histoire de couples épatants qui cavalent après leurs vies. Toujours ce semblant de je-m’en-foutisme, toujours cette lueur d’espoir dans des regards confondus. Belvaux, comédien de formation et réalisateur formel, sait capter les travers d’une société en mal de tout et en perte de vitesse. Que cela soit dans Pour rire où il offrait un rôle majestueux de cocu à Jean-Pierre Léaud ou dans La Raison du plus faible, triste polar social, Belvaux ne rechigne jamais, ne fait jamais dans la dentelle et finit toujours ses films en sueur. Les Prédateurs, même si le format TV peut provoquer quelques réticences, réussit son pari de transparence. Tout est dit, tout est savamment montré.

Le propos est clair : plus vous flirtez avec le mensonge et la cupidité, plus vous avez des chances d’être médiatisé à défaut d’être poursuivi en justice. Belvaux réunit une flopée de personnages tous plus mystérieux les uns que les autres et les invite à une party démentielle. Entre socialisme louche et capitalisme outrancier, entre mise en scène classique et théâtralisation des sentiments, Belvaux donne le tournis et enfonce le clou en dynamitant de l’intérieur tout cette configuration qui profita – en milliers d’euros – à des industriels véreux. Impossible de ne pas comprendre, impossible d’être assailli par tant de noms, de personnages. La vérité est affreusement belle et catapulte nos pauvres sens vers un maelström de sentiments endiablés.

Titre original : Les Prédateurs (Saisons 1 et 2)

Réalisateur :

Acteurs : , , ,

Année :

Genre :


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.

Le chant des vivants

Le chant des vivants

Quitter son pays, essuyer les coups, traverser la mer… Mais si le pire était à venir ? Survivre n’est pas un tout. Cécile Allegra propose à de jeunes exilés de penser l’après, par l’art-thérapie. Le chant des vivants est une douloureuse mélodie de laquelle advient une merveille cinématographique.