Les 4 Fantastiques et le Surfer d’Argent (Fantastic Four: Rise Of The Silver Surfer)

Article écrit par

Une nouvelle aventure pour les quatre fantastiques, qui se retrouvent face à un ennemi venu de l’espace: le surfeur d’argent…

Disponible en DVD à partir du 12 Mars 2008.
Distribué par Twentieth Century Fox.

Les quatre fantastiques et le surfeur d’argent s’ouvre sur le le mariage de Sue la femme invisible (Jessica Alba) et Reed Mr. Fantastic (Loan Gruffudd). Le lieu des noces (un toit en plein milieu de la ville) relève d’une stratégie scénaristique et esthétique. L’isolement que confère ce lieu est métaphorique de la solitude dans laquelle les quatre héros vont devoir vivre. Un espace immense qui permet par ailleurs une vue panoramique enivrante. Ainsi, lorsque le surfeur d’argent apparaît au milieu de ce panel d’invités endimanchés, les plans d’ensemble dévoilent toute l’agilité de ce nouvel ennemi.  

Une arrivée impressionnante préfigurant la suite des évènements. Entité cosmique venu de l’espace, ce nouveau personnage s’avèrera ambivalent et mystérieux. L’image se pare de tons bleutés, presque électriques, qui intronisent l’ambiance céleste.  Aérien, élancé, le surfeur d’argent s’offre dans toute sa complexité. Sa conception est l’oeuvre d’une combinaison « humaine » et « informatique »: deux acteurs (un mime contorsionniste, Doug Jones, et un cascadeur, Dorian Kingi) et une voix (Laurence Fishburne) sont passés par la magie des images de synthèse. Les effets spéciaux se fondent et se confondent aux images réelles. 

Bien qu’apparaissant assez tardivement dans le film, Le Fantasticar est l’autre figure mythique du comics qui fait ici son apparition. Il symbolise quelque chose de l’ordre de l’acceptation. En effet, ce n’est qu’après s’être individuellement mis à l’épreuve de ses propres capacités (découverte des forces mais aussi reconnaissance des limites) que chaque héros pourra entamer un processus d’échange avec l’autre. D’où ce véhicule qui n’a de raison que dans l’union des quatre.

L’image Haute Définition et le 5.1 contribuent à faire de ce film un moment de grand spectacle divertissant. Un plongeon dans l’univers magique des Quatre fantastiques grâce à ce dvd d’excellente qualité.

Titre original : Fantastic Four: Rise Of The Silver Surfer

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 92 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Journal intime

Journal intime

Adapté librement du roman de Vasco Pratolini, « Cronaca familiare » (chronique familiale), « Journal intime » est considéré à juste titre par la critique comme le chef d’œuvre superlatif de Zurlini. Par une purge émotionnelle, le cinéaste par excellence du sentiment rentré décante une relation fraternelle et en crève l’abcès mortifère.

Été violent

Été violent

« Eté violent » est le fruit d’une maturité filmique. Affublé d’une réputation de cinéaste difficilement malléable, Zurlini traverse des périodes tempétueuses où son travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Cet été
violent est le produit d’un hiatus de trois ans. Le film traite d’une année-charnière qui voit la chute du fascisme tandis que les bouleversements socio-politiques qui s’ensuivent dans la péninsule transalpine condensent une imagerie qui fait sa richesse.

Le Désert des tartares

Le Désert des tartares

Antithèse du drame épique dans son refus du spectaculaire, « Le désert des Tartares » apparaît comme une œuvre à combustion lente, chant du cygne de Valerio Zurlini dans son adaptation du roman éponyme de Dino Buzzati. Mélodrame de l’étiquette militaire, le film offre un écrin visuel grandiose à la lancinante déshumanisation qui s’y joue ; donnant corps à l’abstraction surréaliste de Buzzati.

Les Jeunes filles de San Frediano

Les Jeunes filles de San Frediano

Ce tout premier opus de Valerio Zurlini apparaît comme une bluette sentimentale. Clairement apparentée au “néo-réalisme rose”, la pochade, adaptant librement un roman de Vasco Tropolini, brosse le portrait d’un coureur de jupons invétéré, Andréa Sernesi, alias Bob (Antonio Cifariello).