Select Page

Foxfire, confessions d’un gang de filles

Article écrit par

Après le discuté et discutable « Entre les murs » pourtant palmé, Laurent Cantet revient avec un chef-d´oeuvre de sensibilité et de grâce sur un monde de filles en révolte en Amérique dans les années 50.

Drôle de titre en effet : nombreux seront ceux qui le confondront avec le navigateur issu de Linux, pourtant ça n’a vraiment rien à voir, et fort heureusement d’ailleurs. Voici la dernière livraison de Laurent Cantet qui, après sa Palme d’Or à Cannes en 2008 pour Entre les murs, n’avait rien fait d’autre, hormis un segment, cette année, du film collectif Sept jours à La Havane (1). Il se paie ici le luxe d’adapter Confessions d’un gang de filles, un roman de Joyce Carol Oates, à qui l’on doit le magnifique Blonde. Un peu long certes, mais passionnant, Foxfire raconte d’une manière scrupuleuse et très sixties les relations quelque peu lesbiennes et la vie en communauté d’un gang de filles dans l’Amérique profonde des années 50 et c’est une réussite complète. Laurent Cantet a tourné sur place, dans une coproduction franco-canadienne, un film intéressant, interprété par des actrices non professionnelles, un peu comme pour Entre les murs, et qui font sensation.

Avec une petite différence notoire : « Le casting d’Entre les murs, déclare Laurent Cantet, reposait sur le volontariat des participants à l’atelier que nous avions mis en place. Pour Foxfire au contraire, c’est moi qui suis allé chercher les actrices. J’ai passé un hiver à Toronto dans tous les lieux où nous pouvions croiser des adolescents : des écoles, des maisons de quartier, des centres d’accueil pour jeunes en difficultés. Les responsables du casting avaient par ailleurs fait un appel sur Internet et auditionné 500 jeunes filles. Mais c’est une chose de trouver des actrices convaincantes, c’en est bien une autre de constituer un groupe cohérent, capable d’incarner une bande comme celle de Foxfire. »
Il faut dire que la principale protagoniste, Legs, interprétée par la jeune Raven Adamson, est particulièrement géniale. Mais elles sont toutes excellentes, bien que non professionnelles et s’accordent tellement bien qu’on finit presque par croire qu’elles ont toujours fait partie d’un gang. De toutes ces jeunes comédiennes, Tamara Hope, qui incarne la jeune fille riche, Marianne, est la seule qui soit actrice professionnelle. Un beau film qui, de plus, parvient parfaitement à recréer l’atmosphère de l’Amérique de ces années très rock et new look comme dans un film de James Dean ou un tableau d’Edward Hopper. Merci Laurent Cantet, faites-nous tous les cinq ans un aussi bon film et, à chaque fois, adapté d’un bon roman.
 
 

 
 
Car, en fait, ce film soulève encore une fois le problème de l’adaptation d’un œuvre littéraire au cinéma. On sait (ou on ne sait pas) que la plupart des films sont des adaptations plus ou moins réussies de romans, de nouvelles, ou même de films dans le cas des remakes, genre favori des Américains à l’endroit des films européens. On se demande d’ailleurs ici quelle sera la carrière de ce film qui, un peu à la manière de The Artist (Michel Hazanavicius, 2011) mais dans un genre complètement différent, a été pensé aussi pour séduire l’Amérique. Avec un tel cocktail : Palme d’or, actrices non professionnelles talentueuses, Joyce Carol Oates et Pierre Milon comme directeur de la photographie qui signe ici un parfait chef-d’œuvre, on aimerait bien que le film soit connu et reconnu car il a la trempe d’un Bonnie and Clyde (Arthur Penn, 1967) ou d’un Thelma et Louise (Ridley Scott, 1991) et nous pesons nos mots.

(1) El Yuma (Benicio del Toro), Jam Session (Pablo Trapero), La Tentación de Cecilia (Julio Medem), Diary of a Beginner (Elia Suleiman), Ritual (Gaspard Noé), Dulce Amargo (Juan Carlos Tabío), La Fuente (Laurent Cantet, 2012.

Titre original : Foxfire, confessions d'un gang de filles

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 143 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La vie criminelle d’Archibald de la Cruz

La vie criminelle d’Archibald de la Cruz

La période mexicaine de Luis Bunuel, cinéaste expatrié, contient en germe les obsessions qui irriguent l’intégralité de ses films. L’occasion de réévaluer la vie criminelle d’archibald de la Cruz à l’aune de sa restauration. Tragi-comédie triviale de la frustration à mi-chemin entre cruauté primitive et urbanité patricienne, l’œuvre, mésestimée, procure un frisson d’horreur mêlé de volupté coupable. En version restaurée…

Tranchées

Tranchées

Jeune documentariste et reporter international, Loup Bureau s’est immergé dans les tranchées de la guerre du Donbass, en 2020…
Il en ressort un documentaire remarquable sur une guerre qui nous renvoie 100 ans en arrière.