Select Page

Eddie The Eagle

Article écrit par

Beaucoup d´élans mais guère d´allant dans ce feel good movie peu inspiré.

Eddie The Eagle a tous les atours du feel good movie décomplexé : réalisateur relativement inconnu au bataillon, acteurs bankables et un producteur, Matthew Vaughn, ayant un flair certain pour les scénarii de pop-corn movies excentriques (Snatch, 2000 ; Kick-Ass, 2010 ; Kingsman, 2015). Plus frappant, il se permet de reprendre à peu de choses près (le discours antiraciste en moins) le scénario de Rasta rockett (Jon Turteltaub, 1993) – Jeux Olympiques de Calgary 1988 ; un héros dont le rêve est d’y participer, mais qui en est empêché par son origine sociale, et va donc se débrouiller pour accomplir son destin. La morale est sauve, l’important n’est pas de gagner mais de participer, le CIO est ravi, et Intersport a droit à quelques placements de produit grossiers.

La seule chose qui sauve Eddie The Eagle du plagiat éhonté, c’est qu’il se base sur l’histoire vraie d’Eddie Edwards, jeune anglais fils de plâtrier, qui en dépit de ses piètres performances sportives et des coups retors de la fédération anglaise de ski, parvient à sortir de l’ombre, grâce à une capacité hors normes à encaisser les coups et à un courage qui frôle l’inconscience, jusqu’à devenir un chouchou du public. A chaque descente, le spectateur en prend plein les yeux, à coups d’effets sonores pompiers, de caméras subjectives et autres effets se voulant spectaculaires : on n’ira donc pas voir Eddie The Eagle pour découvrir la beauté du saut à ski. Pour ça, Werner Herzog a déjà servi La Grande Extase du sculpteur sur bois Steiner (1974) : c’est plus court, bien plus simple, et on ressent avec plus de force la combinaison d’absurde et de poésie absolue qui donne son sens à ce sport.


Eddie The Eagle
n’est pas non plus sauvé par ses gags, souvent lourds car reposant en grande partie sur la dégaine de ce pauvre Eddie, que Taron Edgerton interprète avec une gestuelle à la limite du bon goût. Le personnage est attachant, le film lui rend hommage, mais c’est souvent de sa bêtise ou de sa naïveté que l’on essaie de nous faire rire, en vain. Hugh Jackman, quant à lui, campe un ancien champion porté sur la bouteille, qui va malgré lui devenir le coach d’Eddie, dans un schéma très classique d’apprentissage jouant sur la relation entre le maitre et son apprenti, d’abord délétère, puis fusionnelle.

En définitive, peu de choses surprennent dans le film. Tant le parcours jusqu’au J.O que les faux suspenses le jalonnant sont très convenus, et semblent s’éterniser outre-mesure. Le film ne prend son envol qu’à Calgary, où le scénario devient plus intéressant : les gags restent assez nuls, mais le film devient un peu plus intelligent. Une scène notamment, qui réunit dans un ascenseur le champion du monde et Eddie, pare le film d’un discours assez juste, lorsque le « finlandais volant » confie à l’aigle britannique qu’ils sont faits de la même étoffe, que gagner ou perdre leur importe peu, et que leur seule ambition est de donner le meilleur d’eux-mêmes, car le saut pour eux est un besoin existentiel. 1h30 pour en arriver là c’est un peu long, mais ça fait du bien de le dire, et Eddie peut rentrer heureux.

Titre original : Eddie The Eagle

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 105 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Revoir Pabst

Revoir Pabst

G.W.Pabst aura inspiré deux mythes, celui de « la Divine », Greta Garbo et « Loulou », Louise Brooks, sa muse cinématographique, mais il reste un réalisateur torturé par le traumatisme de la guerre, cette blessure de l’âme
qui refuse de cicatriser…Gros plan sur deux oeuvres majeures et la version allemande de « l’opéra de quatre sous ».

J’ai perdu mon corps

J’ai perdu mon corps

Jérémy Clapin signe un premier long-métrage qui emprunte au western urbain, au thriller, mais aussi empreint de romantisme, mêlant temporalités et souvenirs par un travail intelligent des images, des sons et des formes.

Quand passent les cigognes

Quand passent les cigognes

« Quand passent les cigognes » est une allégorie de la guerre. Boris et Veronika transcendent leur amour dans un vertige mutuel à faire « pleurer dans les datchas » même si « Moscou ne croît pas aux larmes ». Mikhaïl Kalatozov délivre ici un manifeste pacifiste au romantisme dévastateur. En version restaurée 4K.