DVD Mother, entre émotion et crime

Article écrit par

Après « Memories of murder » et l´excellent « The Host », « Mother » est le troisième long métrage réussi de Bong Joon-ho, réalisateur coréen chouchou de la critique.

Un scénario finement écrit

Une province coréenne pauvre, un petit village où tout le monde se connaît. Puis un jour, un crime. La victime, une adolescente tout droit sortie d’un manga, jupette plissée et cheveux lisses. « Riz sauté » comme ses camarades la surnomment, un peu de riz et le tour est joué. Sauf que son assassinat rend Do-Joon coupable, adulte immature de 27 ans, et fait de sa mère, veuve et désespérée, une femme malheureuse prête à tout pour prouver l’innocence de son fils.

A travers un scénario finement construit et une apparence grisée voire obscure des images, Mother maintient son intrigue jusqu’à la fin. Après avoir engagé un avocat voyou, la mère de Do-Joon se donne corps et âme pour comprendre la scène du crime. De fil en aiguille, elle mène son enquête, seule contre tous.

Quand une mère est prête à tout pour son fils

Le lien mère-fils version coréenne, avec ses traditions et ses valeurs, donne à penser que le passé prend toujours le pas sur le présent et que peu importe les erreurs commises, le lien de sang sera toujours le plus fort. Telle une philosophie, Mother illustre jusqu’à quel point une mère peut donner de sa personne pour son fils, allant même jusqu’à bafouer l’honneur et la justice.

Bong Joon-Ho, véritable artiste des sentiments et des émotions, a ficelé son scénario pour ne laisser passer aucune évidence, aucun supposé. Avec un casting minutieux et un rôle taillé sur mesure pour l’actrice Kim Hye-Ja – incroyable et touchante – le réalisateur a construit une intrigue difficile à résoudre, pleine de rebondissements et de surprises. Dans un décor sombre et simple, le film joue la carte de l’émotion et de l’humour, avec un sujet de fond universel : les liens familiaux.

La tension omniprésente entre la mère et son fils, puis entre la mère et tous les autres personnages de Mother ainsi que le mélange des genres – drame psychologique, réalité sociale, comédie noire – font de ce film est véritable chef-d’œuvre. Révélant une fois encore, après les excellents Memories of murder et The Host, le talent de Bong Joon-Ho, Mother touche du doigt la vengeance, la douceur, le crime, l’amour, sans faux pas ni erreurs. La beauté des images tend à faire oublier la cruauté du scénario, le manque de sérieux accordé à ce crime, le paysage d’une campagne coréenne pauvre et fragile.

En bonus de ce DVD, une interview de Bong Joon-Ho, véritable clef de compréhension du film.

Disponible depuis le 2 Juin 2010.

Titre original : Mother

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 130 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

La Passagère

La Passagère

Plongée traumatisante dans l’électrochoc concentrationnaire, « La Passagère » est une oeuvre lacunaire unique en son genre tant elle interroge l’horreur de l’Holocauste par la crudité aseptisante de ses descriptions aussi bien que par les zones d’ombre qui la traversent. Retour sur ce chef d’oeuvre en puissance qui ressort en salles en version restaurée 4K.

Le Salon de musique

Le Salon de musique

Film emblématique et sans doute le chef d’oeuvre de Satyajit Ray même si le superlatif a été usé jusqu’à la corde, « Le salon de musique » ressort dans un noir et blanc somptueux. S’opère dans notre regard de cinéphile une osmose entre la musique et les images qui procèdent d’une même exaltation hypnotique…

WESTFIELD STORIES SAISON 2

WESTFIELD STORIES SAISON 2

Interview de Nathalie PAJOT, Directrice Marketing France d’Unibail-Rodamco-Westfiel. Elle nous présente la deuxième édition du Festival de courts-métrages Westfield Stories auquel est associé Kourtrajmé, le collectif de jeunes cinéastes crée par Ladj Ly.

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Cycle Mani Kaul, cinéaste féministe de l’errance et du voyage intérieur

Le cinéma de Mani Kaul dépeint subtilement la manière dont la société indienne traite ses femmes. On peut qualifier ses films d’art et essai tant ils se démarquent de la production commerciale et sont novateurs par leur forme originale. Avec une âpreté et une acuité douloureuses, le réalisateur hindi décline le thème récurrent de la femme indienne délaissée qui subit le joug du patriarcat avec un stoïcisme défiant les lois de la nature humaine. Un mini-cycle à découvrir de toute urgence en salles en versions restaurées 4K.