Select Page

DVD « Chronique d’un été »

Article écrit par

Depuis le 7 mars, « Chronique d’un été » de l’ethnologue-cinéaste Jean Rouch s’est vu doté d’une restauration disponible en DVD aux Éditions Montparnasse.

Ce long métrage trône comme une exception au sein de l’oeuvre de Jean Rouch. Le film ne s’introduit cette fois plus en Afrique Noire, mais en plein dans le quotidien du Paris et du Saint-Tropez des années 1960. Cette étrangeté s’explique par le caractère bicéphale de ce film documentaire. Car en amont de cette chronique estivale, on retrouve une proposition faite par Edgar Morin. Ami de Jean Rouch, le philosophe lui soumet alors l’idée d’un film sur les Blancs. Nous sommes en 1960, Rouch vient de terminer La Pyramide humaine, il accepte.

Dès les premières minutes, on retrouve Rouch et Morin devant – et non derrière – la caméra. Ce qui frappe dans cette introduction, c’est le dévoilement – presque insolent – du processus documentaire. Cette première séquence agit presque comme un making-of explicatif du film. À toute sorte de parisien, dans la rue, on pose la question : « Êtes-vous heureux ? » Les deux réalisateurs invitent Marceline Loridan-Ivens à traverser leur documentaire en orchestrant un micro-trottoir et en interagissant avec les différents protagonistes du film. Rapidement, le film se fixe sur plusieurs groupes de personnages, des ouvriers, des couples, des étudiants. La question du bonheur est alors vite dépassée puisque c’est la vie des acteurs elle-même qui est dorénavant interrogée.
 
Une fois la moitié du film atteinte, nouvelle intervention de Jean Rouch, le film bifurque. On mêle jeunes et moins jeunes et on cadre le film dans un contexte politique, celui de la guerre d’Algérie. Puis, repas en extérieur, retour en compagnie de Marceline et d’amis africains de Jean Rouch. Nouvelle violence faite au documentaire, Morin intervient rapidement pour resserrer le débat autour des luttes entre congolais et colons belges.

Néanmoins, l’avant-dernière partie du film – peinture estivale des plages de Saint-Tropez – dessine un étau de légèreté qui dépolitise la totalité du documentaire. À distance des graves évènements qui secouaient les colonies, Chronique d’un été offre un cheminement presque hasardeux, à la fois agréable et triste. À l’image de la vie. Le final souligne encore les caractéristiques méta-documentaires du film. On présente les réactions des protagonistes après visionnage du film pour embrayer sur une discussion entre les deux réalisateurs et leurs réactions face aux réponses des acteurs. Chronique d’un été ne peut donc être analysé qu’en suivant sagement la chronologie du film. Comme dans un roman, on peut voir ce début et cette fin comme des prologues et des épilogues. Les réalisateurs expliquent, présentent, mettent à nu leur structure et concluent.   

 

 

Le documentaire complémentaire Un été + 50, réalisé par Florence Dauman, révèle un visage aux contours davantage politiques. Ces séquences coupées au montage s’offrent comme des pièces manquantes d’un puzzle qui, même incomplet, conservait tout de même un charme indéniable. Les thèmes politiques (guerre d’Algérie et Congo belge), effleurés dans la version finale, se voient gonflés par les scènes présentées dans le supplément. On relèvera aussi le choc des classes ressenti au travers de la discussion entre les étudiants et les ouvriers. Pourquoi ces séquences furent-elles supprimées ? La réponse, on la trouve dans les différentes interventions. Rouch voulait alléger le film. C’est de lui que vient l’idée d’aller tourner à Saint-Tropez, car il trouvait le film trop lourd.

Mais au-delà de ces retraits s’ajoute l’évidence supplémentaire d’une strate de fictionnalisation. Au travers des interventions de Jean-Pierre Sergent et de Régis Debray, les apparitions de Rouch et Morin sont analysées comme des rôles joués, totalement conscients de la présence de la caméra. Mais moins qu’une atteinte au film documentaire, Chronique d’un été expose les attitudes (« dandy » dira Debray) d’une certaine frange de la petite bourgeoisie de l’époque. Cette scène de quasi rupture entre Sergent et Marceline, au bord de la mer, renvoie directement – comme le signale les raisons de son abandon – à L’Avventura d’Antonioni, sorti un an plus tôt. On y apprend aussi que Marilù, l’un des protagonistes du film, rencontrera pendant le tournage Jacques Rivette.

Kino-Pravda, cinéma-vérité, les Cahiers, Antonioni… En plus de ses composantes politiques, Chronique d’un été s’ancre dans une réalité historique propre au cinéma. Touché par ces versants cinématographiques, le Chronique d’un été augmenté englobe alors une autre facette de cette année 1960, et se change alors en un étrange objet archéologique, morceau de vie d’une France aux visages multiples. Relevant la phrase typique des touristes snobs de Saint Tropez, un des personnages dit alors ainsi :  « on s’emmerde à Saint-Tropez ». Mais non, devant Chronique d’un été, on ne s’ennuie jamais.

 

 
 


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

A bigger splash

A bigger splash

A la manière de Warhol, Jack Hazan nous offre un portrait magnifique du peintre David Hockney, mais aussi de toute une époque disparue à jamais. En salles puis en DVD et Blue-Ray.

Le ciel est à vous

Le ciel est à vous

Cinéaste du prolétariat urbain avec sa conscience de classe, Jean Grémillon s’identifie à son public qui lui-même se personnifie dans les acteurs populaires. Le peuple devient le seul acteur porté par un même élan. Son oeuvre est parcourue par l’exercice d’un tragique quotidien où le drame personnel côtoie la grandeur surhumaine des événements. Focus sur la ressortie 4K du “Ciel est à vous”.