Select Page

Don Cesare di Bazan

Article écrit par

Montage foudroyant, génie de la photographie et surtout rythme trépidant font de Don Cesare di Bazan, une oeuvre de cape et d’épée surprenante.

Grosse surprise de retrouver une œuvre de Riccardo Freda en DVD. Cinéaste italien totalement méconnu en France (excepté dans les rangs des cinéphiles/rats de la Cinémathèque), Freda a bercé nos regards d’enfants quelques mardis soirs dans La Dernière séance où un certain Eddy Mitchell vantait les mérites du Fils de Spartacus ou bien du Château des amants maudits. Maître d’un cinéma du samedi soir et de l’imagerie populaire, Freda fut celui qui réussit à égaler les grands aventuriers d’Hollywood, les Walsh, Curtiz et autre Wellman en insufflant dans ses œuvres, une aura quasi grandiloquente.

Don Cesare di Bazan est une adaptation de Ruy Blas de Victor Hugo. L’acteur principal est Gino Cervi, le futur Peppone, maire et ennemi fraternel de Don Camillo. Le scénario est classique et regorge de fripons bien dessinés, de héros au grand cœur, de princesses appréciables et de paysages attrayants. Là où le jeu en vaut la chandelle, c’est dans la rapidité d’exécution du sieur Freda. Montage foudroyant, génie de la photographie et surtout rythme trépidant font de Don Cesare di Bazan, une œuvre de cape et d’épée surprenante.

La séquence finale repose essentiellement sur un enchaînement d’obstacles saisissants, visant à laisser pantois un spectateur toujours friand de scènes chocs. Souvent comparé au fameux duel du Robin des bois de Michael Curtiz, le final est la marque de fabrique du cinéma de Freda. Toujours aller plus loin et concrétiser des prouesses techniques…définition du cinéma en somme… !

Titre original : Don Cesare di Bazan

Réalisateur :

Acteurs : , , , ,

Année :

Genre :

Durée : 80 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Cadavres exquis

Cadavres exquis

Les cadavres exquis du titre évoquent les dépouilles parcheminées de l’ossuaire de Palerme autant que l’ hécatombe de dignitaires de justice froidement assassinés. Dans ce climat chargé de gravité mortuaire, Francesco Rosi épingle la collusion des pouvoirs politico-judiciaires dans les années de plomb qui secouent l’Italie. A redécouvrir en version restaurée.

Main basse sur la ville

Main basse sur la ville

Loin de paraître datés, les films de Francesco Rosi apparaissent aujourd’hui plus prégnants que jamais. A la charnière du documentaire et de la fiction réaliste, ils appartiennent au genre didactique, qui explorent les zones d’ombre et l’opacité de la réalité sociale italienne comme l’on assemble les fragments d’un puzzle tout en ménageant une fin ouverte. Focus sur un thriller politique quasi intemporel.