Select Page

Divorces

Article écrit par

Un couple d’avocats spécialisés dans le divorce se retrouve à son tour confronté au problème. Enfoncer des portes ouvertes, appliquer des vieilles recettes sont au programme de cette comédie consensuelle.

Belle Maman, Mariages, De l’autre côté du lit… La liste est longue, Divorces vient la compléter. Tous ces films ont en commun de jouer la carte de « l’humour à la française » – celui où l’on récite des répliques archi-écrites à une vitesse record – et d’exploiter les failles laissées ouvertes par la relation de couple.

Ces fameux « dialogues-mitraillettes » (selon les dires de Valérie Guignabolet) ont l’avantage de laisser planer le doute : dans les moments où les mots d’esprit prennent une tournure pour le moins douteuse, une autre réplique fuse sans qu’on ait vraiment eu le temps de comprendre s’il s’agissait de misogynie facile, de vulgarité moderne ou de manque d’inspiration flagrant. Peut-être tout cela à la fois, à vrai dire. Ainsi, les métaphores sur le ramonage de la cheminée n’ayant lieu qu’une à deux fois par an – ce que l’on reproche à Monsieur – ou sur le fait que cette même cheminée soit en réalité bouchée – ce que l’on reproche à Madame. Tout cela n’évoque qu’une chose : un débat gnangnan sur l’égalité des sexes.

A ce petit jeu, la réalistrice se perd. Ainsi, l’acharnement dont fait preuve Madame pour se venger. La vision de cette femme soumise, dévouée, tranquille et aveugle d’abord, puis hargneuse et castratrice dès lors que son mari commet l’irréparable, l’hérésie, le parjure de la tromper (l’adultère ayant une fâcheuse tendance à être perçu comme le plus répréhensible des crimes de nos jours) est plutôt déconcertante. D’abord, l’expulsion du domicile, puis l’interdiction de voir ses enfants (un week-end sur deux, à vrai dire) et, cerise sur le gâteau, le licenciement (le couple travaillant ensemble jusque-là, elle le chasse de leur cabinet d’avocats et lui reprend l’intégralité des dossiers).

Pour une comédie légère, cela fait beaucoup et agaçe même pas mal, tant féminisme semble ici rimer avec domination totale de l’autre, vengeance et prise de pouvoir (qui, au passage, n’était pas du tout désirée avant l’écart de conduite de Monsieur). On retiendra tout de même quelques bon moments d’hystérie avortée (l’hystérie n’ayant pas vraiment place dans la comédie de boulevard à la française), le partage des biens à la tronçonneuse et le moment où elle simule une agression de son conjoint afin que les voisins puissent l’entendre. Sourires rares et parsemés dans un tourbillon de déjà-vu made in France.

Titre original : Divorces

Réalisateur :

Acteurs : , ,

Année :

Genre :

Durée : 80 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Rashômon

Rashômon

« Rashômon » ressort en salles dans une nouvelle version restaurée. Par ses écarts angulaires à 180°et sa flamboyance assumée, l’œuvre non-conformiste se revendique de l’esthétique du muet et multiplie les perspectives pour sonder la vérité psychologique de ses protagonistes confrontés à leurs contradictions. Film-événement.

La Terrasse

La Terrasse

« La terrasse » est une œuvre à la charnière de deux époques qui vient sonner le glas de la comédie à l’italienne. La satire grinçante livre sans concession un portrait en demi-teinte et au vitriol de la crise existentielle de cinq quinquagénaires vieillissants qui évoluent dans une sphère intellectuelle de gauche sclérosée. Les scénaristes de légende Age et Scarpelli prennent ici le pouls d’une société italienne malade de son conformisme.

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

Le Soldatesse (des filles pour l’armée)

« Le Soldatesse » porte un regard féministe existentialiste sur ces femmes en déshérence, butin de guerre, enrôlées de force afin d’approvisionner les bordels militaires de campagne lors de l’invasion hellénique par les troupes d’occupation italiennes expédiées en 1941 sur une rodomontade du Duce. Illustrant une page sombre de l’occupation italienne, ce road-movie sur fond de guerre chaotique fut ignoré à sa sortie pour le défaitisme et le fiasco militaire qu’il traduisait par son naturalisme. Décryptage.