Select Page

Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l’existence

Article écrit par

Nouvelle fable existentielle de Roy Andersson, lucide mais inerte.

Lion d’Or à la Mostra de Venise 2014, Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l’existence vient clore la Trilogie des Vivants, initiée par Chansons du deuxième étage (2000, Prix du Jury à Cannes) et poursuivie par Nous, les vivants (2007). Poussant encore plus avant une aridité et une ironie cruelle teintée d’humour à froid, ce nouvel opus cultive un souci formel autant qu’une volonté de réflexion dégagée de tout jugement. Composé de 39 scènes en plans exclusivement fixes et a priori appréciables indépendamment les uns des autres, le film tente, encore une fois, de répondre à la question suivante : “Qui sommes-nous ? Où allons-nous?” Et surtout : “Comment vivons-nous?” Comment est-il humainement possible d’avancer quand la vie n’est qu’une succession de barrages existentiels ? C’est ici deux marchands ambulants de farces et attrapes qui tiennent lieu de fil rouge à des séquences sans réel lien scénaristique, VRP au teint cadavérique qui, en proposant canines de vampire et boîtes à rire, veulent donner aux gens l’occasion de “s’amuser”.

L’amusement est, bien sûr, purement factice, et le pigeon du titre est en fait un volatile empaillé, enfermé dans une cage artificielle et exposé dans un musée. L’oiseau ouvre le film et lui donne son motif principal : les vivants sont ici devenus des morts-vivants, dont l’existence serait plutôt celle de fantômes, comme l’un des marchands le reproche justement à l’autre – “tu marches comme un zombie”. Pour mieux le souligner, tous les comédiens arborent un maquillage excessivement pâle, qui leur donne un teint cireux : manière de dire que l’homme n’est qu’un pantin, figurine posée là dans la vie et qui n’a qu’à s’en dépatouiller comme elle peut. L’argument est valable mais un rien programmatique, et ne dévie jamais de sa feuille de route : de la professeure de tango un peu trop tactile au gardien d’asile taciturne en passant la tenancière d’un bar qui, des années 30 à nos jours, n’a pas tellement changé, tous sont les jalons d’une existence figée, sorte de mur à abattre jour après jour.

 

La proposition est évidemment singulière, et la mise en scène un bel exercice d’agencement des personnages et de l’espace, où l’arrière-plan n’est jamais anodin : Un pigeon… multiplie les détails, et c’est souvent dans le fond de l’image que se dévoile l’intrigue la plus savoureuse. Se dégage pourtant, au milieu de cette profusion d’idées (très belle séquence de comédie musicale dans un bar de Malmö), un sentiment d’inertie qui finit par plomber le film. A trop tirer les fils des marionnettes que sont ses personnages, Roy Andersson finit par les vider de toute vie, les laissant aussi raides que désarticulés, et donnant à Un pigeon… une impression d’asphyxie aussi désagréable que son imagerie est, elle, passionnante.

Titre original : En duva satt pa en gren och funderade pa tillvaron

Réalisateur :

Acteurs : ,

Année :

Genre :

Durée : 100 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Mais vous êtes fous

Mais vous êtes fous

Inspiré d’un fait divers, le film reste sobre dans sa description du propos et évite ainsi de tomber dans les clichés en tout genre concernant la drogue. Cependant, à trop vouloir être descriptif, les intentions de la réalisatrice se perdent et l’on reste sur notre faim.

Le testament du Docteur Mabuse

Le testament du Docteur Mabuse

En 1922, Fritz Lang a laissé son génie du mal incurablement fou. Sous la pression du succès populaire, il le ressuscite à l’écran, plus mort que vif, en 1933 dans « Le testament du docteur Mabuse » où les virtualités du parlant prolongent son pouvoir tentaculaire par l’emprise de la machinerie moderne. Hypnotique. En version restaurée.