Select Page

The World is big

Article écrit par

Il est des films qu’il faudrait remercier de n’être que ce qu’ils sont, ni plus ni moins. « The World is big » en fait partie.

The World is big est de ces films honnêtes, un peu "bêbêtes", dont l’absence d’agressivité dans l’énonciation de leur message invite plus d’une fois à baisser les armes. Que dire en effet sinon qu’à ce récit d’un grand-père accompagnant son petit-fils amnésique d’un hôpital allemand à sa Bulgarie natale ne s’adjoint aucune forme d’ambiguïté, que The World is big, s’ouvrant pourtant dans une certaine brutalité (l’accident de voiture coûtant la vie aux parents d’Alex, qui lui n’y laissera que ses souvenirs d’enfance), n’a d’autre ambition que celui de tout feel good movie : suivre la ligne toujours très claire d’une redécouverte émerveillée de la beauté de la vie, d’un éveil au goût des autres, etc.

"La vie est un miracle", nous disait il y a quelques années un fameux cinéaste serbe dont la star du présent film, Miki Manojlovic, est comme on sait un familier (Papa est en voyage d’affaires, Underground, Chat noir, chat blanc…). Telle sera grosso modo la ligne directrice du second long métrage du Bulgare Stephan Komandarev, suivant donc grand-père et petit-fils dans cette longue escapade européenne où au présent de la redécouverte d’une identité, de la récupération d’une histoire singulière s’associe, par le biais d’un parallélisme assez plan plan, le suivi en flashback du parcours d’Alex et ses parents en fuite. Le charme global du film réside dans cette extrême lisibilité des intentions, le désamorçage systématique de toute dialectique, de toute cruauté au profit de la conviction que oui, le monde est grand, tout est possible : la vie est un miracle.

Ironie, dans ce décryptage express des intentions d’un film ? A peine. Le fait est qu’à pareil objet, interdisant toute forme de mépris pour la simple et bonne raison qu’à aucun instant il ne triche quant à ses motivations, qu’il demeure tout du long d’une assez belle égalité d’humeur, doit être rendu l’accusé de réception qu’il mérite. Donc oui : The World is big n’est pas le film de l’année, sa théorie selon laquelle la vie serait aussi soumise à la logique du hasard qu’une bonne partie de backgammon, que le passé est toujours à venir, que retrouver sa terre n’interdit pas de retourner au point de départ d’un voyage (l’Allemagne) en raison, why not, d’une possible love story, tout ça… sont des choses qui peuvent prêter à sourire. Mais force est de constater qu’au sortir du film, c’est bel et bien le sentiment d’avoir suivi une trajectoire, une ligne de vie unique qui prédomine. De ces miracles mineurs qu’offre parfois le cinéma, jusqu’en ses recoins les plus grossiers.

Titre original : Svetat e golyam i spasenie debne otvsyakade

Réalisateur :

Acteurs :

Année :

Genre :

Durée : 105 mn


Partager:

Twitter Facebook

Lire aussi

Outrage

Outrage

Les six films d’auteur réalisés par Ida Lupino entre 1949 et 1966 traduisent l’état de « victimisation » dans lequel est maintenue
la femme américaine face aux défis de la reconstruction sociale de l’après-guerre. « Outrage » formalise, à travers l’esthétique du film noir, le trauma existentiel d’une jeune fille sauvagement violée. Poignant en version restaurée.